Mamadou Falilou Diallo était ce mercredi, 06 juin 2018, devant le tribunal de première instance de Mamou pour répondre des faits de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. L’accusé a plaidé coupable d’avoir involontairement administré des coups de bâton à sa mère qui en est morte sur le champ. Le tribunal le condamne à 5 ans de réclusion criminelle, rapporte un des correspondants de Guineematin.com à Mamou.

A la barre, Mamadou Falilou Diallo n’est pas passé par quatre chemins pour relater les circonstances dans lesquelles sa mère a trouvé la mort, suite aux coups de bâton. « Je labourais mon champ avec mon fils Souleymane, âgé de 6 ans. Quand j’ai eu soif, je l’ai envoyé à la maison pour me chercher de l’eau. Le petit est allé jouer au lieu de m’apporter l’eau que je l’avais envoyé chercher. À mon retour du champ, j’étais très en colère contre lui et je me suis promis de le corriger. A mon arrivée à la maison, j’ai attrapé Souleymane pour le frapper. Ma mère qui labourait dans sa tapade est venue à son secours. C’est ainsi qu’elle a reçu des coups sur le dos et sur la tête. Elle est tombée et a rendu l’âme sur le champ. Les voisins qui avaient entendu les cris de l’enfant sont venus constater sa mort dans la tapade. C’est après que mes frères m’ont ligoté et remis à la disposition de la sécurité », a-t-il expliqué de la chaise où il était assis, visiblement souffrant.

Revenant sur sa détention, après son arrestation dans la sous-préfecture de Sangaréya (Pita) Mamadou Falilou Diallo a expliqué avoir fait 2 ans et quelques mois à la prison de Pita, avant d’être transféré à la Maison centrale de Labé où il dit avoir passé 3 ans et deux mois. « À Labé, je suis tombé malade. Je ne pouvais même pas marcher. Finalement, on m’a envoyé à la maison centrale de Mamou où j’ai fait d’abord un ans et deux mois », a-t-il indiqué.

Dans ses réquisitions, le ministère public est largement revenu sur les faits avant de se réjouir de l’attitude de l’accusé « qui a reconnu les faits portés à sa charge depuis l’enquête préliminaires, jusqu’à l’instruction définitive devant le tribunal ».

S’agissant de l’état de santé de l’accusé, le ministère public a indiqué que Mamadou Falilou Diallo est déjà un homme malade. « Il est en détention depuis le 08 Octobre 2012. Il est physiquement et moralement atteint. À la prison de Labé, il est tombé malade au point qu’il a perdu l’usage de ses deux jambes. Il a perdu sa mère de manière pas souhaitable ; et, depuis qu’il est en prison, aucun membre de sa famille n’est venu lui rendre visite. Il a même perdu sa femme qui l’a laissé pour compte depuis que ce problème a éclaté », a dit le procureur audiencier, Daouda Diomandé, avant de demander au tribunal d’accorder des circonstances atténuantes à l’accusé qui a regretté son acte le jour même qu’il l’a commis.

Pour la répression, le ministère public a requis 06 ans de réclusion criminelle contre l’accusé.

De son côté, le conseil de Mamadou Falilou Diallo a qualifié de pathétiques les réquisitions du ministère public, avant de demander au tribunal d’accorder de larges circonstances atténuantes à l’accusé.

L’audience a été suspendue pour une bonne dizaine de minutes. À la reprise, le tribunal a annoncé son verdict, condamnant Mamadou Falilou Diallo à 5 ans de réclusion criminelle.

À noter que la période de détention de l’accusé couvre largement la peine prononcée à son encontre. Il devrait donc recouvrer sa liberté ce mercredi même.

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin