Au mois d’avril dernier, Laye Kémo Condé, âgé de 22 ans, s’en prend violemment à son oncle, Mamady Kébé. Des jets de pierres, suivis d’injures et de menaces de mort sont proférés contre monsieur Kébé et ses locataires au quartier Gbessia, dans la commune de Matam.

Le jeune homme a été interrogé ce jeudi 7 juin 2018 au Tribunal Correctionnel de Mafanco où le procureur a requis 18 mois de prison ferme contre lui, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

A la barre, Laye Kémo Condé a d’abord nié les faits. Selon le jeune homme, « c’est en avril que je me suis rendu à Gbessia, dans la concession de mon grand père. C’était vers 23 heures. Il y a là-bas un nouveau locataire qui ne me connaissait pas. Il m’a demandé ce que je cherchais dans la concession. On s’est disputé. Il m’a poussé au dehors avant de fermer les portes. Donc, moi aussi, comme je ne pouvais pas passer la nuit là-bas à cause de la fermeture des portes, j’ai jeté des cailloux sur le toit ».

A la question de savoir s’il n’était pas saoul au moment des faits, Laye Kémo Condé va répondre par la négative. Une réponse balayée d’un revers de main par le juge Ibrahima Sory 2 Tounkara et le Procureur.

Dans ses réquisitions, le Procureur va rappeler que le prévenu est venu la nuit du 21 avril 2018 dans la concession de monsieur Kébé. « Il a jeté des pierres sur le toit aux environs de 23 heures. Sous l’effet de l’alcool, il a proféré des menaces, injurié la famille de son oncle et les locataires. Toute la concession est sortie. Il parviendra à s’enfuir. Comme si cela n’était pas suffisant, il revient le lendemain pour s’en prendre encore à la pauvre famille et au locataire, Cheikh Aly Camara et à sa femme. Il a reconnu avoir jeté des pierres », a expliqué monsieur Lansana Cissé.

C’est pourquoi, le Procureur va demander au tribunal « de requalifier les faits de menace de mort, en menaces et violence. Pour la répression vous ferez application des articles 239 et 240 du Code Pénal et le condamnerez à 18 mois de prison ferme ».

A la question de savoir s’il a quelque chose à dire pour sa propre défense, Laye Kémo Condé dira qu’il regrette les faits tout en demandant pardon aux plaignants qui n’étaient d’ailleurs pas présents.

L’affaire est renvoyée au 21 juin 2018 pour décision être rendue. Pendant ce temps, Laye Kémo Condé continue son séjour carcéral à la maison central de Coronthie où il est sous mandat de dépôt depuis le 07 mai 2018.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 1799 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin