Dans le cadre de la tournée qu’il effectue depuis quelques jours à l’intérieur du pays, le ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail s’est rendu ce mercredi, 05 septembre 2018, sur le chantier de l’ENI de Mamou. Lansana Komara est allé booster les travaux qui ont eu du mal à démarrer sur le terrain, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Mamou.

C’est le 18 juin 2018 que la pose de la première pierre de l’Ecole Normale d’Instituteurs (ENI) de Mamou a eu lieu. Près de trois mois plus tard, les travaux peinent à démarrer effectivement sur le terrain. C’est pourquoi, le ministre en charge de l’enseignement technique qui avait présidé la cérémonie de lancement officiel du projet, s’est rendu sur le terrain pour s’enquérir de la situation. L’occasion pour le responsable de l’entreprise en charge de la réalisation des travaux, d’expliquer les raisons du blocage.

Thierno Sadou Diallo

Selon Thierno Sadou Diallo, c’est notamment un problème financier qui a causé ce retard. « Ce retard est dû au manque de financement, parce qu’il n’y avait pas eu de compréhension dès le début. Il était prévu, dans le contrat, qu’on obtienne 20% du montant pour le démarrage des travaux. Donc, on a attendu ça jusqu’à la dernière réunion, ils nous ont dit qu’ils n’ont pas délivré ça parce qu’ils pensaient que la Banque nous a donnés 20% pour le démarrage. Nous leur avons dit qu’on n’a pas négocié avec la Banque pour qu’elle nous fasse une avance, parce que ce n’est pas ce qui était prévu au départ. Donc, on est resté à attendre. La fermeture des carrières qui étaient à côté du chantier nous a aussi empêchés d’évoluer. L’effondrement du pont de Lisan également nous a vraiment mis en retard aussi », a-t-il expliqué.

Le Ministre Lansana Komara

De son côté, le ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail a regretté ce retard. « C’est pourquoi, nous sommes venus leur demander pourquoi ils sont en retard et qu’est-ce qu’il faut pour que ça bouge. Donc, nous avons écouté les uns et les autres. Et nous avons pris une très bonne note. Je crois qu’à notre arrivée à Conakry, nous allons avec nos partenaires, ceux qui nous ont aidés à obtenir ce bijou. Avec eux, nous allons travailler pour que le délai soit vraiment respecté », a indiqué Lansana Komara.

Pour le patron du département de l’Enseignement Technique, si tout le monde s’y met, ce chantier finira à temps : « J’ai bon espoir que si nous nous impliquons tous, nous ferons en sorte que le délai soit respecté. Et c’est pourquoi nous sommes là aujourd’hui. Ça ne sera pas la dernière visite, nous allons continuer à visiter le terrain pour encore bousculer les choses, afin que nous soyons vraiment dans les délais. Nous n’allons pas les laisser seuls, nous serons toujours à leurs côtés pour savoir leurs problèmes afin de corriger au fur et à mesure », rassure le ministre.

Déjà, une première mesure a été prise pour permettre le démarrage effectif des travaux de construction de cette école professionnelle. L’entreprise qui a le contrat, est chargée de prendre un prêt bancaire pour préfinancer les travaux. Et selon l’administrateur de la société, cette procédure est déjà en avance aujourd’hui. Ce dernier rassure d’ailleurs que le délai de 18 mois prévu pour la construction de l’ENI de Mamou reste maintenu.

Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin