Procès d’Ibrahima Sory Camara : voici la réaction croisée des avocats des deux camps (avec vidéo)

Ibrahima Sory Camara

Comme annoncé précédemment, le procès en appel de l’opposant Ibrahima Sory Camara de l’UFDG, a connu ce lundi, 22 octobre 2018, les réquisitions et plaidoiries des parties concernées. Le Procureur a requis la condamnation au temps mis en prison, soit sept (7) mois, de celui qui est poursuivi pour injures, diffamation et outrage à l’encontre du chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé.

Ibrahima Sory Camara, communicant du principal parti de l’opposition en Guinée, a été condamné à 18 mois de prison, à une amende de 2 millions de francs guinéens, et au payement du franc symbolique au président Alpha Condé. Cette décision, intervenue le 09 avril dernier, avait aussitôt connu un appel de la part des avocats de la défense. Il lui était reproché d’avoir tenu des propos outrageants à l’encontre du président Alpha Condé, dans une vidéo publiée le 18 mars 2018 faisant état de menaces de brûler certains marchés de Conakry.

A la fin de l’audience de ce lundi, les avocats des deux camps ont livré leurs sentiments.

Pour maitre Salifou Béavogui, membre du collectif des avocats de l’UFDG, « il faut se sentir heureux qu’il y ait eu procès dans cette affaire, que les débats aient eu lieu, les plaidoiries et réquisitions et que l’affaire soit mise en délibéré pour le jeudi 25 octobre. Nous ne pouvons crier victoire, parce que personne ne peut prédire une décision de justice. Mais, nous souhaitons simplement que la Cour soit clémente, au pire des cas. Nous avons développé nos arguments, qui ne sont pas nouveaux, mais qui ont été pertinents pour démontrer que l’assiette de l’infraction n’était pas constituée. Qu’à cela tienne, le Parquet a sollicité la condamnation de notre client au temps mis. La partie civile ne peut que se battre pour ses intérêts civils dès lors d’ailleurs qu’elle n’a pas fait appel de sa condamnation. Donc, nous demandons à la Cour d’être clémente, notre client est déjà en prison depuis 7 mois…. Nous restons sereins et confiants ».

De son côté, maitre Lanceï 3 Doumbouya, un des avocats du collectif qui défend le professeur Alpha Condé, a fait savoir que « quand on tient des déclarations, il faut être en mesure d’administrer la preuve puisque c’est ça l’essentiel. Cela a été compris, puis que le prévenu lui-même s’est confondu lorsque la Cour lui a donné la parole. Il s’est confondu en excuses et je crois que c’est un acte de reconnaissance. Pour ce qui est des réquisitions du représentant du ministère public, qui a requis la condamnation au temps mis en prison, il est dans son droit. S’il estime que le temps de la condamnation est suffisant pour garantir le reclassement social du prévenu, nous ne voyons pas d’inconvénients. Nous ne sommes pas contre. Le ministère public a estimé que les 7 mois ont suffi à monsieur Ibrahima Sory Camara pour se reclasser. Ensuite, la confirmation que nous demandons est une confirmation liée aux intérêts civils ».

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628 7 99 17

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS