La Fédération Syndicale Professionnelle Nationale du Transport et Mécanique Générale de la commune de Ratoma a dressé le bilan des activités réalisées durant l’année 2019. Dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com dans la journée d’hier lundi, 06 janvier 2020, Elhadj Mamadou Yaya Baldé, secrétaire général de la section syndicale communale du Transport et Mécanique Générale de Ratoma, a énuméré les actions réalisées et les difficultés qui ont jalonné l’année écoulée.

L’heure est au bilan dans les nombreux services tant publics que privés de notre pays. C’est dans cette dynamique qu’Elhadj Mamadou Yaya Baldé est revenu sur les actions menées en 2019 par sa structure, allant de la formation de ses membres aux voyages d’études à l’étranger.

Elhadj Mamadou Yaya Baldé, SG de la section syndicale communale du Transport et Mécanique Générale de Ratoma

« En gros, l’année 2019 s’est passée avec satisfaction. En ce qui concerne l’année écoulée, tout n’a pas été rose. À Ratoma par exemple, au cours de cette année 2019, nous avons connu des progrès. D’abord, au nom de la fédération syndicale professionnelle nationale du transport et mécanique générale, nous avons pu organiser avec l’Union Européenne beaucoup d’ateliers de formation axés sur le renforcement des capacités et de gestion du secteur du transport en Guinée. Nous sommes parvenus à permettre en place la faitière patronale de transport routier de Guinée. Nous avons réussi à faire ces formations grâce à l’appui du projet PARSS (Appui à la Reforme du Secteur de Sécurité), l’appui du secteur routier. Nous avons également fait beaucoup de formations de renforcement des capacités syndicales organisées par notre centrale syndicale. On a pris part à des missions internationales au cours de l’année 2019, notamment la rencontre de Marrakech axée sur la journée internationale de la sécurité routière. Nous avons pu organiser des élections de la fédération internationale à Singapour », a expliqué Elhadj Baldé.

Toutefois, tout n’a pas été rose courant 2019, révèle notre interlocuteur. « Au cours de l’année, tout n’a pas été rose. D’ailleurs, il faut que l’homme rencontre parfois des difficultés pour mieux se parfaire. Donc, nous avons aussi rencontré des difficultés surtout avec nos mandants sur les différents tronçons et lignes, notamment à Koundara, Conakry via Boké, et à Conakry-Labé via Mamou, Conakry-Kankan via Faranah. Nos chauffeurs ont été attaqués et dépouillés par des coupeurs de route. Il y a eu 5 à 6 cas d’attaques à main armée dont nos chauffeurs ont été victimes avec à la clé des cas de mort et des biens emportés. Nous avons enregistré des accidents de circulation que nous ne souhaitons plus en 2020 », a laissé entendre Elhadj Baldé.

En outre, le Général Yaya s’en est pris au mauvais état des routes guinéennes. « Aujourd’hui, ce n’est pas les véhicules qui détruisent les routes, c’est les routes plutôt qui détruisent les véhicules. Les routes sont tellement dégradées de telle sorte qu’on ne peut même pas pratiquer certaines d’entre elles. En termes d’illustration, nous avons la route Boké-Gaoual et plus souvent c’est sur ces routes là qu’on attaque. Et, pas plus tard qu’une semaine, deux (2) minibus ont été victimes d’une attaque entre Sangaréyah et Kindia. Donc, ces malfaiteurs profitent de l’état des routes pour faire leur sale besogne. Car ils savent que quand le véhicule est en toute vitesse, ils ne peuvent pas attaquer. Donc, nous avons de sérieux problèmes avec l’état des routes et même avec l’état des véhicules. Parce que les véhicules que nous recevons ici sont des véhicules, occasion Bruxelles. Ce n’est pas des véhicules sortis d’usine. C’est des véhicules rejetés chez les autres dans le cadre de la visite technique qu’on nous envoie ici et que nous payons ».

Devant ces difficultés, le numéro 1 de la gare routière de Bambéto sollicite le soutien du gouvernement. « L’appel que nous lançons à l’État guinéen, c’est de nous venir en aide afin de sécuriser ce secteur porteur de croissance. Car nous sommes incontournables dans le développement de ce pays. C’est pour quoi nous sommes engagés à apporter notre savoir faire à nos concitoyens. C’est pourquoi nous souhaitons que nous soyons sécurisés par notre propre État. Si cela est fait, nous aussi nous allons beaucoup investir. Si le transport en général est sécurisé, que ça soit l’aéroport, le port ou encore le transport terrestre, ça y va dans l’intérêt de l’État. Parce que nous semons ce que la douane récolte en termes de recettes. Donc, si on n’est pas encouragé et sécurisé par ceux-là qui doivent le faire, on ne pourra pas prendre le risque », a fait savoir Elhadj Baldé.

Pour finir, Elhadj Mamadou Yaya Baldé demande à l’État de continuer à appuyer le secteur du transport afin qu’il soit modernisé et que le parc automobile soit rajeuni et renouvelé. Aux chauffeurs, le responsable du transport demande à faire preuve de prudence.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : (00224) 626-66-29-27

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin