Détournement d’argent à Yété Mali : un mandat d’amener contre le DGA, Gnana Doré

11 janvier 2020 à 23 11 03 01031

Le directeur générale adjoint de la Caisse Populaire d’Epargne et de Crédit Yété Mali est traduit devant le tribunal correctionnel de Dixinn depuis quelques temps. Gnana Doré est poursuivi pour des malversations financières au détriment de la structure. Son procès s’est ouvert avant-hier, jeudi 09 janvier 2020, à Dixinn où le juge a décerné un mandat d’amener contre lui.

Lire

N’Zérékoré : 5 morts et plusieurs blessés dans un accident de la circulation

11 janvier 2020 à 20 08 31 01311

Un grave accident de la circulation s’est produit dans la soirée de ce samedi, 11 janvier 2020, à N’Zérékoré. Il a fait au moins 5 morts et de nombreux blessés, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Selon nos informations, c’est un bus transportant des passagers en provenance de Senko, dans la préfecture de Beyla, pour Conakry, qui a dérouté pour se renverser dans un ravin, à la sortie de la ville de N’Zérékoré. Les cinq corps et les blessés ont été conduits d’urgence à l’hôpital régional de N’Zérékoré.

Nous y reviendrons !

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Lire

Dubréka : le centre commercial Dalaba de Bailobayah Centre ouvre ses portes

11 janvier 2020 à 20 08 30 01301

Le nouveau centre commercial Dalaba, construit au quartier Bailobayah Centre, relevant de la préfecture de Dubréka, a officiellement ouvert ses portes au grand public. La cérémonie inaugurale de ce bijou, dont le coût global de réalisation est de 12 milliards de francs guinéens, a eu lieu ce samedi, 11 janvier 2020. C’était en présence des sages de la localité, du représentant du ministère de la Jeunesse et de l’Emploi Jeunes, des membres du conseil communal de Dubréka et des responsables du quartier Bailobayah, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Conakry : plusieurs responsables du SLECG mis aux arrêts

11 janvier 2020 à 20 08 04 01041

Onze responsables du SLECG, dirigé par Aboubacar Soumah, ont été mis aux arrêts ce samedi, 11 janvier 2020. Ils ont été interpellés au lycée Bonfi et conduits au commissariat central de Matam, a appris Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Joint au téléphone, maître Salifou Béavogui, l’avocat des syndicalistes, est revenu sur les circonstances de leur interpellation. « Ils ont appris que le proviseur du lycée de Bonfi, Alhassane Bérété, a fait déshabiller un enseignant de son école devant les élèves, au motif que ce dernier a observé le mot d’ordre de grève lancé par le SLECG.

C’est ainsi que le bureau national du SLECG a dépêché une délégation pour aller s’informer. Mais, quand les membres de cette délégation est arrivée dans cette école, c’est la police qui vient les interpeller pour les conduite au commissariat central de Matam. Au moment où je vous parle, ils sont en interrogatoire dans ce commissariat », a expliqué l’avocat.

Pour l’heure, on ne sait pas qu’est-ce qui est reproché à ces responsables du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée. Mais, d’ores et déjà, leur avocat « proteste énergiquement contre ces arrestations arbitraires et exige leur remise en liberté », a dit Me Salifou Béavogui.

De son côté, Aboubacar Soumah, le secrétaire général du SLECG, promet de durcir le ton si ses collègues ne sont pas remis en liberté.

A suivre !

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628 12 43 62

Lire

Conakry : les forces de l’ordre accusées d’utiliser des « silencieux pour tuer » !

11 janvier 2020 à 18 06 59 01591

La mort par balle de Fatoumata Binta Diallo, lycéenne en classe de 12ème année, le jeudi 09 janvier 2020 à Hamdallaye, 1er jour de la grève des enseignants, a choqué les consciences. Dans sa famille, domiciliée au secteur Kabalaya, dans la commune de Ratoma, la tristesse se lisait sur les visages. Les parents de la victime n’attendent rien de la justice de leur pays comme c’est le cas pour la centaine d’autres victimes de la férocité ambiante, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters. 

Lire

Cellou Dalein à ses militants : « le problème de l’unité nationale, c’est Alpha Condé »

11 janvier 2020 à 18 06 16 01161

Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG

A l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG de ce samedi, 11 janvier 2020, Cellou Dalein Diallo est revenu sur la question de l’unité nationale qui est souvent remise en cause ces dernières années. L’opposant a assuré que les Guinéens ne sont pas divisés et que c’est seulement le président Alpha Condé qui tente de le faire croire. C’est pourquoi, il estime que l’actuel chef de l’Etat guinéen est le seul problème de l’unité nationale, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Le PADES opposé au 3ème mandat : « on ne peut pas se taire face aux tueries des enfants guinéens »

11 janvier 2020 à 17 05 48 01481

Mohamed Kaba, coordinateur chargé des affaires administratives du PADES

L’actualité sociopolitique guinéenne a été marquée cette semaine par la mort par balles de deux jeunes gens suite à la grève des enseignants et par le pillage de boutiques et magasins dans la ville de Kankan. Des faits qui ont choqué plus d’un et suscité diverses réactions d’indignation. C’est le cas au Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) où l’assemblée générale de ce samedi, 11 janvier 2020, a essentiellement tourné autour de ces sujets, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Le rêve de l’UFC : « après Alpha Condé, c’est Aboubacar Sylla qui sera président en 2020 »

11 janvier 2020 à 17 05 34 01341

Kaly Bah, vice-président du parti UFC

L’Union des Forces du Changement (UFC) demande aux membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) de venir à la table des négociations pour trouver une issue heureuse à la crise que traverse notre pays en ce moment. L’annonce en a été faite ce samedi, 11 janvier 2020, à l’occasion de l’assemblée hebdomadaire du parti, dirigée par le vice-président Kaly Bah en présence de plusieurs militants. Le président de la séance en a profité pour dire à ses militants qu’Aboubacar Sylla, leader du parti, va succéder à Alpha Condé en 2020, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son intervention, Kaly Bah a appelé les membres du FNDC à respecter la Constitution dans leurs démarches et à privilégier le dialogue dans le règlement des différends. « Je voudrais rappeler au Front National pour la Défense de la Constitution que l’article 10 de la constitution de 2010 est consacré exclusivement aux cortèges et aux manifestations. Mais, il y a des procédures et des méthodes à respecter. Lorsqu’on veut manifester, on envoi une demande et on attend la réponse. Il faut suivre la procédure normale. L’Etat est structuré, il y a des méthodes et des procédures qu’il faut accepter de se soumettre. Donc, nous leur demandons de revenir à la table de négociation, au dialogue, pour trouver les solutions ».

Par ailleurs, Kaly Bah a invité les partis politiques de l’opposition à éviter la violence dans leurs revendications. « Nous n’avons pas créé un parti politique pour semer la zizanie, la violence en Guinée. Nous repoussons la violence, quelle qu’elle soit. Nous ne voulons pas la violence dans notre pays. Nous ne voulons que la paix, rien que la paix, car rien ne peut se construire dans la violence » a-t-il laissé entendre.

Parlant des préparatifs pour les élections législatives du 16 février 2020, le vice président de l’UFC a fait savoir que sa formation politique sera en campagne à partir de la semaine prochaine. « Aller en campagne suppose avoir la logistique, préparer les gens, établir un plan d’action et engagé les militants. C’est ce que nous sommes en train de faire. Ne vous pressez pas. Dès la semaine prochaine, les militants et militantes ainsi que les sympathisants iront en campagne parce que nous sommes prêts non seulement à aller aux législatives, mais aussi à l présidentielle de 2020 », a-t-il dit.

Pour finir, Kaly Bah a promis qu’Aboubacar Sylla va succéder à Alpha Condé à la tête de la Guinée. « Notez bien et garder. Ceux qui ont choisi le parti UFC, ils ont fait le bon choix. Parce qu’après le président Alpha Condé, c’est Aboubacar Sylla qui sera le président de la République de Guinée en 2020. Nous avons créé un parti pour ça et non pour croiser les bras et accompagner quelqu’un », a-t-il lancé sous un tonnerre d’applaudissement des militants.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620 589 527/654 416 922

Lire

Manque d’eau à Labé : la SEG répond aux accusations de vol de carburant

11 janvier 2020 à 17 05 25 01251

Les difficultés se multiplient dans la capitale du Fouta. Après le manque de courant électrique que connaissent les citoyens depuis près de trois semaines, c’est une crise d’eau qui secoue la commune urbaine de Labé en ce moment. Une situation que tente d’expliquer le responsable local de la Société des Eaux de Guinée, qui dément tout détournement du carburant destiné à pomper l’eau, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Aboubacar Soumah du SLECG se félicite : « la grève est à 90% de réussite »

11 janvier 2020 à 17 05 04 01041

Trois jours après avoir le début de sa nouvelle grève, le SLECG a convié ses membres à une assemblée générale ce samedi, 11 janvier 2020, à Conakry. Devant les enseignants massivement mobilisés à son siège national, situé au quartier Donka, Aboubacar Soumah a fait le point de la situation qui prévaut sur le terrain. Selon le secrétaire général de l’organisation syndicale, le mot d’ordre de grève est bien respecté par les enseignants à travers le pays, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Boycott des législatives : Damaro accuse Sidya « d’avoir entraîné Cellou sur une mauvaise pente »

11 janvier 2020 à 15 03 25 01251

La mouvance présidentielle ne digère toujours pas la décision prise par les grandes formations politiques d’opposition d’avoir boycotté les législatives de février prochain et de vouloir empêcher leur tenue. C’est pourquoi, les discours caustiques en direction des opposants ne manquent pas au RPG Arc-en-ciel. Le parti a réitéré ses diatribes ce samedi 11 janvier 2020, à l’occasion de son assemblée générale hebdomadaire, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Mise au point du ministère de la Défense : les militaires sont consignés en période de manifestations

11 janvier 2020 à 13 01 59 01591

Mise au point Le décret portant Code de conduite des Forces Armées publié le 28 novembre 2011 rappelle en son article 1er que « conformément à l’article 141 de la Constitution, les forces de défense sont républicaines. Elles sont au service de la Nation. Elles sont apolitiques et soumises à l’autorité civile (légalement établie). NUL NE DOIT LES DÉTOURNER À SES FINS PERSONNELLES ».

Lire

Kissidougou : la mairie interdit la manifestation du FNDC

11 janvier 2020 à 13 01 49 01491

L’antenne préfectorale du FNDC à Kissidougou ne pourra pas manifester le lundi, 13 janvier 2020, dans la ville. Ainsi en ont décidé les autorités locales. Répondant à la lettre d’information des opposants à un troisième mandat pour le président Alpha Condé, le maire de la commune urbaine a annoncé que leur manifestation est interdite, a appris Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Lire

Comment éviter le chaos en Guinée ? Voici la proposition du Mouvement « Tournons la page »

11 janvier 2020 à 12 12 12 01121

« Le mouvement international « Tournons La Page » appelle les autorités guinéennes, particulièrement le Président de la République de Guinée, à se soumettre aux exigences de l’Etat de droit dont l’un des piliers est l’alternance démocratique. Le mouvement international « Tournons La Page » interpelle la CEDEAO, l’Union Africaine, les Nations Unies, l’Unions européenne à mettre en place un groupe international de contact sur la Guinée pour éviter le chaos dans ce pays et par ricochet prévenir la déstabilisation de la sous-région ouest-africaine »

Lire

N’Zérékoré : interdit de manifester, le FNDC décide d’aller au bras de fer

11 janvier 2020 à 11 11 51 01511

L’antenne du FNDC à N’Zérékoré décide de défier les autorités locales, qui ont interdit sa manifestation prévue le lundi, 13 janvier prochain. A l’issue d’une réunion qu’ils ont tenue dans la soirée du vendredi, 10 janvier 2020, les responsables de la structure ont annoncé le maintien de la manifestation appelée « marche de la victoire ». Ils ont invité les citoyens à se mobiliser massivement pour y prendre part, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire

Me Pépé Koulémou : « nous avons choisi d’aller aux législatives pour empêcher Alpha Condé… »

11 janvier 2020 à 11 11 41 01411

Me Pépé Koulémou, président de l’ARN

L’Alliance pour le Renouveau National (ARN) est l’un des partis politiques d’opposition, membres du FNDC, à avoir décidé de prendre part aux élections législatives prévues pour se tenir le 16 février 2020. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ? Maître Pépé Koulémou, avocat à la cour, et président de cette formation politique, a répondu à cette question au cours d’un entretien qu’il a accordé à la rédaction de Guineematin.com, le mercredi 08 janvier dernier.

Lire

Manifs contre un 3ème mandat en Guinée : le message du FNDC aux forces de défense et de sécurité

11 janvier 2020 à 11 11 16 01161

A la veille du début de ses manifestations continues contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé, le FNDC adresse un message aux forces de défense et de sécurité guinéennes. Dans une déclaration rendue publique ce samedi, 11 janvier 2020, le Front National pour la Défense de la Constitution a exhorté les forces armées du pays « à la retenue, à renoncer à toute forme de violences et à respecter le droit des citoyens à manifester contre le coup d’État civil à partir du lundi 13 janvier 2020 ». Guineematin.com vous livre ci-dessous l’intégralité de cette déclaration.

 Front National pour la Défense de la Constitution

DÉCLARATION N°0 45

L’imminence d’un coup d’État civil a été officiellement annoncée par le Président Alpha Condé le 19 décembre 2019. En conséquence, le FNDC interpelle les Forces de défense et de sécurité à assumer pleinement leur rôle républicain, à tirer les leçons du passé et à refuser d’être un instrument de répression sanglante contre son peuple.

Est-il nécessaire de rappeler le contexte et le rôle fondamental qu’a joué l’armée guinéenne dans l’instauration de la démocratie et de l’État de droit par le transfert du pouvoir aux civils conformément à la « Déclaration conjointe de Ouagadougou » le 15 janvier 2010 ?

Tous les sacrifices humains et matériels qui ont été consentis durant cette période sombre ne sont-ils pas suffisants pour garantir l’alternance démocratique en Guinée ?

En dépit des réformes engagées en leur sein, les forces de défense et de sécurité sont-elles prêtes à ternir davantage leur image de sang et à être la risée des autres armées républicaines de la sous-région en obéissant aveuglément aux ordres manifestement illégaux d’un pouvoir civil qui est, en partie, le fruit de leur renoncement ?

Depuis le 14 octobre 2019, le peuple de Guinée démontre de façon résolue et pacifique son opposition catégorique au coup d’État constitutionnel à travers de gigantesques manifestations sans précédents.

La communauté internationale et, plus particulièrement, celle ouest africaine s’est clairement désolidarisée du projet illégal et inopportun de changement de constitution pour un 3ème mandat en faveur de M. Alpha Condé.

En dépit des protestations populaires, de toutes les mises en garde officielles et officieuses, M. Alpha Condé et son clan d’arrivistes se radicalisent davantage et se montrent plus sourds que jamais. Comme conséquences de leur obstination, on dénombre à ce jour des centaines d’arrestations, des centaines de blessés et 26 jeunes (âgés de 14 ans à 32 ans) tous impunément tués par balles. Il est inacceptable que tant de crimes ignobles soient commis en vue d’imposer un pouvoir à vie au profit d’un vieillard de plus 82 ans qui pense que son âge, sa fonction et le temps seront une excuse ou une échappatoire.

Les Forces de défense et de sécurité comprendront-elles que l’on veut leur charger de tirer les marrons du feu ?

Il est certain que M. Alpha Condé est déterminé à exécuter toutes les menaces qu’il a lui-même proférées contre son propre peuple. Pire, le régime s’active actuellement à planifier des affrontements ethniques dans plusieurs régions du pays en vue de créer le chaos qui servirait de prétexte à leur projet machiavélique.

Le FNDC dénonce ce cynisme, alerte la communauté internationale et invite les populations à s’opposer farouchement à la division qui est devenue l’ultime stratégie de ce clan de pilleurs et d’arrivistes.

Nous rappelons que l’armée est une institution de la République. A ce titre, la sauvegarde de l’unité nationale, la lutte pour le respect de la Constitution et de l’alternance démocratique sont un devoir sacré qui s’imposent à l’ensemble des forces de défense et de sécurité au même titre que les institutions civiles de la République.

Le FNDC exhorte les Forces de défense et de sécurité à la retenue, à renoncer à toute forme de violences et à respecter le droit des citoyens à manifester contre le coup d’État civil à partir du lundi 13 janvier 2020.

Vive la République ! Vive la Guinée ! Pas de Référendum !

Pas de 3ème Mandat ! Pas de Coup d’État Constitutionnel !

Vive l’alternance démocratique dans un climat apaisé!

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons!

Conakry, le 11 janvier 2020.

Lire

Procès d’Elie Kamano et Cie : la décision du tribunal renvoyée au mardi prochain

11 janvier 2020 à 9 09 30 01301

Comme annoncé précédemment, l’artiste et homme politique guinéen, Elie Kamano, et 22 autres personnes ont défilé hier, vendredi 10 janvier 2020, devant le tribunal correctionnel de Macenta, délocalisé à N’Zérékoré. Après les débats qui ont duré toute la journée, la juridiction a renvoyé le dossier au mardi, 14 janvier prochain, pour l’annonce de sa décision, rapporte le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

Lire