Détournement d’argent à Yété Mali : un mandat d’amener contre le DGA, Gnana Doré

Le directeur générale adjoint de la Caisse Populaire d’Epargne et de Crédit Yété Mali est traduit devant le tribunal correctionnel de Dixinn depuis quelques temps. Gnana Doré est poursuivi pour des malversations financières au détriment de la structure. Son procès s’est ouvert avant-hier, jeudi 09 janvier 2020, à Dixinn où le juge a décerné un mandat d’amener contre lui.

Selon des informations recueillies par un reporter de Guineematin.com, c’est dans le cadre de l’achat d’une parcelle qui devrait abriter le nouveau siège de l’institution Yété Mali que cette malversation présumée aurait été commise. La parcelle en question se trouve au quartier Kobaya, dans la commune de Ratoma. On apprend que c’est dans ce cadre que le directeur générale adjoint aurait procédé à de la surfacturation plus de 200 millions de francs guinéens. Cette malversation présumée, décelée au cours d’une enquête menée par un comité de contrôle, a poussé les responsables de la Caisse Populaire d’Epargne et de Crédit Yété Mali d’assigner Gnana Doré en justice.

Le dossier a été examiné au tribunal correctionnel de Dixinn en l’absence de Gnana Doré qui est non détenu. Cependant, le représentant de Yété Mali au tribunal, Labila Doré est venu à la barre pour donner sa version des faits. Il a laissé entendre que Yété Mali avait exprimé un besoin d’achat de deux parcelles. A cet effet, ils ont émis deux chèques pour un montant de plus d’un milliard de francs guinéens pour l’achat des deux parcelles. « C’est ainsi qu’à partir de 2016-2017, le nouveau comité de contrôle mis en place a procédé à la vérification financière. Ce comité a décelé ces malversations de plus de 200 millions de francs guinéens. Au départ, c’était prévu deux parcelles. Mais, finalement, on a compris que c’est une seule parcelle, dont les dimensions n’ont même pas été définies, qu’il a payée », a lancé le représentant de Yété Mali.

Labila Doré a ajouté que le prévenu s’est fait octroyer un accord de prêt sans intérêt auprès de l’institution d’un montant de 200 millions de francs guinéens. « Ce prêt qu’il s’est octroyé est en dehors de toute procédure interne de l’institution. Ensuite, le terrain dont il s’agit n’est jusqu’à présent pas cédé à Yété Mali parce que celui qui a encaissé les chèques n’est pas le véritable propriétaire de ladite parcelle. Après vérification, on a trouvé que c’est les noms de sa fille et de sa femme qui sont mentionnés comme propriétaires des lieux », a expliqué Labila Doré.

Pour voir clair dans cette affaire et avant de renvoyer cette affaire, le tribunal a décerné un mandat d’amener contre Gnana Doré qui n’a jamais comparu à la barre.

A suivre !

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS