Comme tous les autres partis en lice pour les élections législatives du 16 février 2020, le Rassemblement Pour la République (RPR) s’active aujourd’hui sur les préparatifs de ces échéances électorales. Mais, le président de la formation politique, Diabaty Doré, interrogé par un journaliste de Guineematin.com, se dit pessimiste quant au respect de la date prévue pour la tenue du scrutin. L’opposant dit ne pas être opposé d’ailleurs à un éventuel report des élections, si cela permettrait de rendre le processus plus crédible et permettre aux grands partis d’opposition d’y prendre part.

Décryptage !

Guineematin.com : quelle est votre réaction après que votre parti soit retenu par la CENI pour participer aux élections législatives du 16 février prochain ?

Diabaty Doré : c’est un sentiment de fierté et de joie qui nous anime au sein du parti RPR. On était là avec les responsables du parti, on était en train de travailler, lorsque la CENI a annoncé que notre candidature a été retenue pour le scrutin des listes nationales. Je crois qu’en tant que jeune formation politique, en tant que jeune leader, nous devons nous réjouir. Parce que c’est la première fois que nous participons à une élection nationale. Nous sommes contents, et le travail commence dès maintenant par rapport à la campagne électorale.

Guineematin.com : quel est aujourd’hui le niveau des préparatifs de ces élections au sein du RPR ?

Diabaty Doré : ce n’est pas du tout facile, parce que c’est une élection qui est venue brusquement, rien n’était préparé. Mais, qu’à cela ne tienne, en tant que parti politique, nous avons fait le travail. Aujourd’hui, les structures de notre parti, que ce soit dans la capitale, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, tout le monde est à pied d’œuvre pour que nous puissions avoir une élection transparente et crédible. Nous travaillons sur le terrain. Nous sommes sûrs aujourd’hui que nous allons avoir un certain nombre de députés à l’Assemblée nationale.

Guineematin.com : avez-vous une estimation par rapport au nombre de députés que votre parti pourrait avoir ?

Diabaty Doré : je ne saurais le dire. Mais quand même, vu le travail que nous avons abattu sur le terrain pendant les 5 dernières années, je crois que nous aurons un certain nombre de députés. Ça ne sera pas un, deux ou trois, ça va dépasser ça, s’il plait à Dieu.

Guineematin.com : à avoir la conduite du processus électoral, est-ce que vous êtes confiants par rapport à la transparence de ces élections ?

Diabaty Doré : dans le monde entier, il n’y a pas une élection juste, équitable et transparente. Mais, c’est de faire le maximum possible pour que les acteurs en compétition puissent avoir un certain nombre de confiance dans la conduite du processus électoral. Nous, nous ne sommes pas venus en politique juste pour faire de la figuration, et nous estimons que la politique du siège vide ne paye pas. Nous avons vu ce qui s’est passé au Togo, au Benin. C’est vrai qu’il y a eu des problèmes au niveau de l’enrôlement, mais cela ne doit pas nous pousser à nous mettre à l’écart.

Aujourd’hui, tout ce que nous demandons à la CENI, c’est de nous organiser une élection transparente et crédible. En ce qui concerne le RPR, nous allons y participer et nous allons tout faire pour sauvegarder nos voix. Nous allons veiller à ce qu’il n’y ait pas de vol. Parce qu’on connait déjà le parti, RPG. Si ce ne sont pas des élections bâclées, ils ne peuvent pas avoir la majorité. Donc, nous allons nous battre corps et âme pour que les partis politiques de l’opposition qui participent à ces élections puissent avoir la majorité à l’Assemblée nationale.

Guineematin.com : les grands partis d’opposition qui ont refusé de participer à ces élections ont annoncé qu’ils vont empêcher le scrutin. Que pensez-vous de cette annonce ?

Diabaty Doré : en Guinée, nous avons connu des grands partis ici qui n’ont pas participé à des élections à un moment donné. Mais, cela n’a pas empêché aussi la CENI d’organiser les élections. Le RPG Arc-en-ciel, qui est au pouvoir aujourd’hui, a dit ici haut et fort qu’il n’y aura pas d’élections au temps de Lansana Conté, mais les élections ont eu lieu. En tout cas, nous, on se prépare parce qu’on a déjà déposé notre liste, et celle-ci a été validé. Ce que nous voulons aujourd’hui, c’est que la CENI nous organise des élections transparentes et crédibles.

Guineematin.com : seriez-vous favorable à un éventuel report de la date du 16 février pour permettre aux autres partis d’opposition de revenir dans le processus ?

Diabaty Doré : aujourd’hui, vu les retards enregistrés, je suis encore pessimiste quant au respect de la date du 16 février, je ne sais pas si la CENI va reporter ou pas. Mais s’il y aura report, il faudra que la CENI nous donne des explications claires pourquoi elle va reporter. Si le report est vraiment justifié et que vraiment il y a des anomalies, je crois qu’on ne s’y opposera pas parce que ça y va de la crédibilité des élections. Concernant aussi les autres partis qui n’ont pas déposé leurs listes de candidatures, je souhaiterais vraiment qu’ils participent à ces élections. Parce que la politique de la chaise vide ne paye pas.

Aujourd’hui, les partis qui se sont retirés, quoi qu’on dise, qu’on fasse, c’est des grands partis qui ont fait des années sur le terrain. Ils ont leurs fiefs électoraux, ils ont une base très solide. Moi, j’aimerais voir une Assemblée nationale, où tous les partis qui ont pris part à la compétition électorale sont représentés.

Guineematin.com : certains pensent que les élections législatives constituent la seconde option du président Alpha Condé pour faire passer son projet de nouvelle Constitution au cas il n’arriverait pas à organiser le référendum. Au RPR, si vous avez des élus au Parlement et que ce projet vous est soumis par l’exécutif, allez-vous l’adopter ?

Diabaty Doré : chacun a ses convictions dans la vie. Et moi, je suis dans la politique il y a au moins 17 ans. Je ne suis pas venu dans la politique pour violer la loi. La Constitution est claire. Et je dis haut et fort que même si c’était mon papa qui était président de la République, je n’allais pas le soutenir dans le projet de troisième mandat ou de nouvelle constitution. La forfaiture qui est passée depuis fort longtemps, il faut qu’on mette fin à ça. Il n’aura pas un troisième mandat, et on ne va pas accepter que le président actuel puisse avoir un pouvoir à vie. Ça, c’était au temps de feu Sékou Touré et Lansana Conté. Je crois que nous sommes en démocratie. Et, pour que le pays puisse connaitre un développement harmonieux, je crois qu’il faut respecter la loi.

C’est clair et net : la Constitution de 2010 a dit deux mandats non renouvelables. Le président actuel est vers la fin de son second et dernier mandat, il doit laisser un héritage à la jeunesse guinéenne, au peuple de Guinée, en se retirant calmement pour que son nom puisse rentrer dans l’histoire, pour qu’on écrive son nom dans le livre d’or de la Guinée. En nous organisant au mois d’octobre prochain, une élection transparente et juste. Moi, je veux être député pour défendre le peuple et pour contrôler l’action gouvernementale. Mais pas pour aider le président Alpha Condé à s’octroyer un troisième mandat. Je le dis haut et fort : je suis contre un troisième mandat. C’est pourquoi j’ai pris part à toutes les manifestations du FNDC.

Guineematin.com : avez-vous un dernier mot pour clôturer cet entretien ?

Diabaty Doré : c’est de dire à la population guinéenne que le RPR est un parti politique qui est géré par des jeunes talentueux. Et, je crois que le peuple doit nous faire confiance aujourd’hui en votant massivement pour notre liste pour que nous puissions le défendre à l’Assemblée nationale. Si nous sommes élus, nous irons au Parlement pour défendre nos mandants.

Entretien réalisé par Mohamed Doré pour Guineematin.com

Tel : 00224 622 07 93 59/666 87 73 97

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin