La Plateforme Nationale des Jeunes Ambassadeurs (PNDJA) a entamé une série de conférences ce jeudi, 16 janvier 2020, à l’université de Kindia. Dénommée conférence régionale pour la paix, elle sera animée dans les universités des huit (8) régions administratives de notre pays et a pour thème « rôle de la jeunesse dans la promotion de la paix et le développement en Afrique », rapporte un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La conférence, organisée dans le cadre de la consolidation de la paix a réuni de nombreux étudiants des quatre facultés de ladite université.

Dr Daniel Lamah, recteur de l’université de Kindia

Dans son discours, Dr Daniel Lamah, le recteur de l’université de Kindia, a apprécié l’initiative de la PNDJA. « Nous apprécions hautement l’organisation de cette conférence à l’université de Kindia. En effet, il est évident que la paix demeure une condition sine qua none pour le développement, du moins pour l’initiation et la réalisation des projets de développement durable structurants. La structure démographique de la population africaine en générale, et de celle guinéenne en particulier, est caractérisée par sa jeunesse. Une jeunesse pleine d’énergie et de vitalité… Ce qui revêt un enjeu à deux dimensions essentielles à ne pas perdre de vue dans le maintien d’une paix durable, gage de tout développement. Ce contexte est en phase avec le besoin accru d’investissement dans la jeunesse pour une société qui se veut émergente, paisible, en bonne santé et responsable. Cet investissement passe inéluctablement par l’éducation et la formation. En effet, une jeunesse bien éduquée et compétente est une assurance pour le développement durable. Cela interpelle absolument tous les acteurs concernés par l’éducation et la formation des jeunes, y compris l’Etat et les partenaires au développement », a dit Dr Daniel Lamah.

Ibrahima Tenimba Kourouma, coordinateur national de la Plateforme Nationale des Jeunes Ambassadeurs

Pour sa part, Ibrahima Tenimba Kourouma, coordinateur national de la Plateforme Nationale des Jeunes Ambassadeurs (PNDJA) a rappelé l’objectif recherché à travers cette série de conférences. « Notre objectif est de promouvoir la paix et le développement dans les milieux scolaires et universitaires, plus particulièrement en Guinée. C’est un volet à double tranchant ; ce premier volet, on a commencé par les universités parce que facilement les étudiants ont le temps, la compréhension et le niveau aussi du conférencier qui peut être mieux compris dans les universités que les lycées. Le deuxième volet du projet, nous allons trouver des enseignants qui auront une explication facile et une compréhension élémentaire. C’est une première initiative dans le pays, parce que nous avons visé les huit régions et on se réjouit déjà de voir une structure juvénile, qui n’est pas soutenue par les institutions nationales ou internationales, non plus par l’Etat, mais avec nos fonds propres… Donc, c’est un sentiment de satisfaction », a laissé entendre monsieur Kourouma.

Dr Ousmane Doré, ancien ministre guinéen de l’Economie et des Finances

De son côté, Dr Ousmane Doré, ancien ministre guinéen de l’Economie et des Finances, conférencier du jour, a expliqué les raisons du choix du thème. « C’est une thématique intéressante et cruciale pour l’Afrique, au moment où elle cherche à assurer sa transformation économique et structurelle. La jeunesse est au cœur de cette transformation et ce qu’on observe aujourd’hui à travers le continent, c’est le défi d’ordre sécuritaire qui entache cette jeunesse dans son élan de contribuer au développement économique. Donc, cette conférence nous a permis de débattre avec les étudiants et le corps professoral du lien entre la paix et le développement en les sensibilisant sur leur rôle, la mission qui est la leur en vue de tirer les leçons du passé pour envisager l’avenir ».

En outre, Dr Ousmane Doré a justifié le choix des jeunes comme cible de la conférence. « Nous avions commencé par le dire que, près de 70 % de la population africaine, c’est une couche importante composée de jeunes. Quand on entend jeunes, c’est aussi la couche féminine. Donc, c’est cette couche de la population africaine qui doit être l’acteur clé du processus d’essor de la renaissance de ce continent. Et nous avons pensé à cette couche, dans son rôle dans la promotion de la paix, que ça soit les pays ou les groupes armés sévissent, les groupes djihadistes comme dans le Sahel, ou que ça soit dans les pays ou on a un semblant de stabilité, chahuter par des questions de transitions politiques ou d’élections politiques… Dans l’un comme dans l’autre, la jeunesse, c’est elle qui est sollicitée ou souvent instrumentalisée à dessein. Donc, c’est bon pour les sensibiliser sur la question, car sans la paix il n’y aura pas de développement nécessaire à leur épanouissement », a-t-il ajouté.

Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin