Un grave incendie s’est produit dans la nuit du dimanche à ce lundi, 27 janvier 2020, au marché Avaria (Madina). Le feu, qui aurait été causé par un court-circuit, a entraîné d’importants dégâts matériels, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Mamoudou Souaré, Administrateur général du marché Avaria

Selon les explications de Mamoudou Souaré, l’administrateur général du marché Avaria, c’est aux environs de 23 heures que l’incendie a commencé. Immédiatement, un agent de la sécurité du marché l’a alerté. « Lorsque j’ai été informé, j’ai eu des inquiétudes par rapport à l’origine de l’incendie. Mais, quand j’ai posé la question à l’agent, il m’a dit qu’ils étaient assis au carrefour, lorsqu’ils ont entendu un bruit qui ressemble à un coup de canon. Ils ont vu ensuite le fil du poteau de la haute tension se couper et tomber sur les tôles. Automatiquement, le feu qui a pris les tôles », a-t-il indiqué.

Même s’il est trop tôt d’établir le bilan de cet incendie, il faut dire que les dégâts causés sont très importants. Une dizaine de commerces ont été touchés et tout leur contenu ravagé par le feu. « Pour l’instant, nous n’avons aucun bilan à notre disposition. C’est après le constat que nous allons chercher à évaluer les pertes subies. Seulement, il n’y a pas eu de perte en vue humaine, mais les dégâts sont énormes. Les flammes ont été maîtrisées grâce à l’intervention des sapeurs-pompiers », précise l’administrateur général du marché Avaria.

« Le président de la République avait promis de construire le marché Avaria. Tout cela c’était pour éviter ce genre de problèmes, mais certaines femmes s’y étaient opposées à l’époque. Maintenant, ce sont les conséquences. Alors, les commerçants doivent s’organiser davantage et l’Etat doit refaire les installations dans ce marché pour que nous soyons à l’abri des problèmes de ce genre à l’avenir », a-t-il ajouté.

madame Safiatou Chérif, l’une des victimes de l’incendie à Avaria

Madame Safiatou Chérif est l’une des victimes. Elle dit avoir tout perdu dans cet incendie. « Ce matin, je préparais mes enfants pour l’école quand on a appelé mon enfant pour lui dire que notre magasin a pris feu. Nous sommes venus sur les lieux pour constater. J’avais un magasin rempli, et rien n’est sorti. Je revendais des habits pour hommes et pour femmes, et plusieurs autres objets. Je ne peux pas évaluer les pertes subies en argent, mais j’avais environ 55 colis dans le magasin. Aujourd’hui, je n’ai pas d’argent ni à la banque, encore moins à la maison, et j’ai une famille à nourrir », a-t-elle expliqué, avant de fondre en larmes.

Au moment où notre reporter quittait les lieux, un cordon sécuritaire avait été mis sur place par la police et la gendarmerie. Aucun visiteur n’avait accès à l’endroit où s’est produit l’incendie. Même les victimes qui voulaient faire l’évaluation des pertes subies n’arrivaient à accéder à leurs places.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin