Le respect des mesures d’hygiène permettant de se prémunir contre la pandémie du Coronavirus se heurte à des difficultés à Yomou. Les habitants de cette ville, très éloignée de la capitale guinéenne, sont confrontés à un manque de produits désinfectants, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Alors que le nombre de cas positifs au COVID-19 ne cesse d’augmenter chaque jour, la Guinée est obligée aussi de mener une guerre contre cette maladie. Et même si la majeure partie des cas confirmés sont à Conakry, c’est tout le pays qui est en alerte. Cela, en raison de la propagation rapide de cette pandémie qui ébranle le monde entier. D’où la prise de mesures préventives dans toutes les villes du pays.

C’est le cas notamment à Yomou, préfecture située dans la région forestière de la Guinée, à plus de 1000 kilomètres de la capitale. Dans la commune urbaine, des kits de lavage sont visibles actuellement devant tous les services administratifs, mais pas devant les boutiques et dans les ménages. En effet, la ville fait face à un manque criard de chlore et d’eau de javel, des désinfectants utilisés pour le lavage des mains.

« Avant, je vendais le chlore et l’eau de javel. Mais, ce sont des produits qui s’écoulent difficilement si ce n’est pas en période de crise sanitaire comme celle que nous connaissons actuellement. Depuis l’annonce de la pandémie du Coronavirus en Guinée, ces produits sont beaucoup sollicités, mais on n’en trouve pas parce que les grands magasins où on se ravitaillait sont en rupture. Ce sont les libériens qui nous fournissaient. Mais, avec la fermeture des frontières, ils ne viennent plus », explique Sory Keïta, un commerçant rencontré au marché hebdomadaire de Yomou.

En plus du chlore et de l’eau de javel, les gels et autres solutions hydro-alcooliques, tout comme les masques de protection sont invisibles dans la ville de Yomou. Face à cette situation, Dr Sanoussy Sidibé, directeur de l’hôpital préfectoral, invite les citoyens à se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon et à respecter la distanciation sociale.

Dr Sanoussy Sidibé, directeur de l’hôpital préfectoral de Yomou

« C’est vrai qu’on n’a pas d’eau de javel, mais les gens doivent se laver les mains avec de l’eau et du savon. Nous sommes en train de nous battre pour avoir des kits de lavage des mains en grande quantité. Chacun de nous doit faire un peu pour lutter contre la propagation de la pandémie COVID-19. Que les gens sachent que cette maladie est une réalité et qu’ils ne respectent les mesures de protection », a-t-il conseillé.

De Yomou, Michel Anas Koné pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin