En l’espace de deux mois environ, la décision rendant obligatoire le port de masque a rapporté un montant de 55 millions de francs à l’Etat guinéen. C’est le directeur général adjoint de la police nationale qui l’a annoncé au cours d’une interview qu’il a accordée à Guineematin.com, ce samedi 6 juin 2020.

Contrôleur général de police Mamadou Camara, Directeur Général Adjoint de la police nationale

Depuis le 18 avril 2020, le port de masque est obligatoire en Guinée. C’est une décision du président de la République, Alpha Condé, qui vise à stopper la propagation du coronavirus dans le pays. Depuis l’entrée en vigueur de cette mesure, tout citoyen pris dans la rue sans masque de protection au nez est soumis au payement d’une amende de 30 000 francs, comme indiqué par le chef de l’Etat. Et selon le contrôleur général de police Mamadou Camara, directeur général adjoint de la police nationale, ce sont les commissariats centraux qui s’occupent de la collecte des montants payés par les contrevenants.

« Dès que le président a pris la décision, au niveau de la police nationale, nous nous sommes réunis en cadres, en comité de réflexion, pour savoir comment et quelle est la stratégie qu’il faut monter pour que cette stratégie soit appliquée de façon pérenne et rigoureuse. Surtout qu’on sait que lorsqu’une mesure est prise, il y a plusieurs entités qui peuvent prendre la paternité du travail à faire. C’est ainsi que le directeur nationale de la police a instauré que cette mesure soit appliquée strictement que par les commissariats centraux sur l’ensemble du territoire national.

C’est l’une des toutes les mesures que la direction nationale de la police a prise pour éviter la perception par-ci-par-là de façon à ne pas avoir une visibilité, une traçabilité sur les montants perçues. Donc les commissariats centraux ont été instruits, chacun en ce qui le concerne et dans sa zone de compétence, à passer au recouvrement ou à l’imposition du port de masque. Ainsi, nous avons instauré des registres de contraventions au niveau de l’ensemble des commissariats centraux où les montants recouvrés sont consignés, avec des rubriques : noms, prénoms, filiation, numéros de téléphones, montants recouvrés et l’émargement de la personne contrevenant », a-t-il expliqué.

Contrôleur général de police Mamadou Camara, Directeur Général Adjoint de la police nationale

L’officier ajoute que les montants recouvrés sont entièrement versés sur un compte ouvert au nom du trésor public à la Banque centrale. « A date, nous avons fait déjà trois versements, les reçus sont là. Ces montants ont été versés au niveau de la Banque centrale au compte du trésor public. A date nous avons recouvré environ 55 millions 450 mille francs guinéens qui sont déjà encaissés au niveau de la Banque centrale au compte du trésor public, et les reçus que nous avons sous la main en font foi », soutient le contrôleur général de police Mamadou Camara.

A noter qu’au sein de l’opinion, beaucoup de croient pas que tous les montants des contraventions recouvrés arrivent à destination. A tort ou à raison, les agents déployés sur le terrain sont régulièrement accusés de profiter de cette mesure pour se remplir les poches.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin