C’est l’une des conséquences négatives de la pandémie du coronavirus en Guinée. Depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, qui exige la réduction du nombre de passagers dans les véhicules, les frais de transport ont doublé. Une situation qui dure depuis bientôt cinq mois et qui préoccupe aujourd’hui de nombreux citoyens. A la veille de l’expiration de l’état d’urgence sanitaire, certains habitants de Conakry s’adressent au président de la République. Ils se disent étouffés par la cherté des frais de transport et appellent Alpha Condé à les soulager, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Fodé Camara

C’est le cas de Fodé Camara, un habitant du quartier Makia Touré, rencontré au rond-point de Hamdallaye : « depuis que cette maladie est venue chez nous, vraiment rien ne marche. Tout est bouleversé. Et, le transport est trop cher : le tarif a été doublé, passant de 1500 à 3000 francs par tronçon. Mais, on n’a pas le choix parce qu’on ne peut pas s’asseoir à la maison, on est obligés de sortir pour aller chercher quoi manger. Donc, le président doit vraiment revoir cette situation pour soulager un peu la population. Déjà, la plupart des gens qui travaillent ne gagnent pas assez, et le peu qu’on gagne aussi, on l’injecte aussi dans le transport », a-t-il déclaré.

Même son de cloche chez Moussa Bangoura, citoyen de Kipé : « moi, ma préoccupation actuelle, c’est l’allègement des mesures restrictives.

Moussa Bangoura

C’est vrai que cette pandémie est mondiale, mais la Guinée n’est pas dans une situation aussi critique comme en Europe et en Amérique. Donc, mon message à l’endroit du président, c’est de l’inviter à faire baisser le coût du transport et lever les barrages interurbains parce que les gens en souffrent énormément. Vous imaginez, quelqu’un qui quitte Sonfonia pour aller travailler en ville et qui est payé à 800 000 francs. Comment lui, il peut couvrir le transport, le loyer, la nourriture et tous les autres besoins avec ça ? Donc, il faut que l’État nous aide surtout dans le secteur du transport, sinon vraiment les gens souffrent ».

Diki Nestor Camara

Diki Nestor Camara, également habitant du quartier Kipé, exhorte aussi le président Alpha Condé à avoir pitié de sa population. « Le président doit voir les Guinéens en face, avoir pitié de ces pauvres citoyens qui tirent le diable par la queue, qui ont du mal à joindre les deux bouts. Donc, j’invite vivement le président à faire baisser le prix de l’essence pour que les chauffeurs aussi allègent le prix du transport. Sinon, il faut avoir le courage de le dire, il est difficile de vivre aujourd’hui à Conakry », a souligné ce citoyen.

Le président Alpha Condé doit normalement s’adresser à nouveau à la nation demain, samedi 15 août 2020, pour faire l’état des lieux de la lutte contre le Covid-19 et annoncer les nouvelles directives à suivre.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin