Korbé (Lélouma) : le sous-préfet sur le manque de ressources humaines à la commune rurale (entretien)

Idrissa Bah, sous-préfet de Korbé, préfecture de Lélouma

Le sous-préfet de Korbé, Idrissa Bah regrette beaucoup le faible niveau de formation des autorités locales et l’itinérance du receveur communal entre plusieurs collectivités rurales de la préfecture et le séjour prolongé à Conakry du secrétaire général de sa commune rurale, relevant de Lélouma, dans la Région Administrative (RA) de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Au cours d’un entretien qu’il a accordé à l’envoyé spécial de Guineematin.com dans son bureau, en début de semaine, le sous-préfet de Kobé, Idrissa Bah a cité le faible niveau de formation des membres du conseil communal de cette collectivité rurale située à 11 km du chef-lieu de la préfecture de Lélouma comme une des difficultés auxquelles il est confronté dans l’exercice de sa fonction.

« Actuellement, la mise à niveau des élus manque beaucoup ici. Il faudrait que nous prenions des dispositions pour la formation de ces conseillers pour qu’ils puissent maîtriser le nouveau code révisé des collectivités. Sans cette remise à niveau, ils ne pourront pas participer au vrai développement de leur localité » a-t-il prévenu.
A cela, il faut ajouter que le receveur communal affecté à Korbé couvre en même temps 5 autres collectivités de la préfecture de Lélouma.

« Le fait que le receveur communal ne soit pas régulier ici créé beaucoup de problèmes à la commune. C’est une des difficultés que je vous ai cité ici. Il faut donc à l’avenir que nous ayons un receveur permanent pour nous permettre de maîtriser certaines évasions fiscales. S’ils sont présents, le recouvrement sera possible » a-t-il ajouté avant de signaler que le secrétaire général de la commune rurale, lui-aussi, est en mission à Conakry depuis pratiquement 3 mois.

A la question de savoir comment la Mairie a-t-elle fait alors avec l’absence du receveur communal pour exécuter les travaux de réalisations des infrastructures communautaires financées par le gouvernement guinéen, à travers l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC), le sous-préfet de Korbé, Idrissa Bah a déclaré que chaque fois qu’il vient, il régularise les dépenses effectuées à son absence. « Quand il s’agit de faire un décaissement, le receveur répond à l’appel du maire. Il faut le reconnaître. Mais, c’est sa permanence qui fait défaut » indique notre interlocuteur.

Selon le code des collectivités, les ressources décaissées de la banque sont versées dans la caisse du receveur communal, avons-nous insisté. « Quand il est question de faire une liquidation, le maire lui fait appel. Il vient, il régularise la situation financière. Au moins, il est régulier dans ça. Le seul problème, c’est parce qu’il n’est pas permanent ici. Mais, là-aussi, je peux dire, c’est parce qu’il couvre 6 communes. Sinon, c’est un bon cadre, très disponible » a-t-il conclu.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous et en vidéo, notre entretien avec le sous-préfet :

De retour de Korbé à Labé, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS