A l’issue de son congrès de deux jours (les 21 et 22 août 2020), organisé à Conakry, et qui a connu la participation de toutes ses fédérations, l’Union pour la Guinée Nouvelle (UGN) a porté à sa tête Dr Diao Baldé. Avec plus de 30 ans d’expérience en développement local et en gestion de programmes et de projets, cet ingénieur agronome promet d’apporter un nouveau souffle à la vie politique guinéenne et changer de façon qualitative et quantitative le niveau de vie de nos compatriotes.

Selon des informations recueillies par un journaliste de Guineemation.com qui était sur place, l’Union pour la Guinée Nouvelle (UGN) est un parti politique qui ambitionne de remettre les citoyens au cœur de la vie politique pour bâtir la nation rêvée par tous les Guinéens et les pères fondateurs de notre République. Le parti fondé par feu Dr Alseny Diallo, il y a une dizaine d’années, a pour slogan : « Ensemble pour une Guinée meilleure » ; et, sa devise est « Unité-Justice-Progrès ».

A peine élu à la tête de cette formation politique, Dr Diao Baldé a affiché ses ambitions. « La particularité de notre parti politique, c’est du fait qu’il tire les leçons de toutes les expériences vécues par les autres partis. Il est animé par des jeunes qui ont fait leur preuve sur le terrain en Guinée et ailleurs. L’autre particularité aussi du parti est l’innovation. Nous voulons avoir des militants qui ne soient pas là juste pour des questions électorales. Nous voulons avoir des jeunes militants qu’on mettra dans le schéma du développement, dans le schéma de la création de la richesse, dans le schéma de l’entrepreneuriat. Et ça, nous le tirons de nos expériences et des expériences des autres. La particularité également, c’est que dans les dispositions de notre parti, nous mettons un accent particulier sur le renforcement des capacités, notamment des jeunes et des femmes dans le domaine de l’entrepreneuriat. Egalement, nous envisageons dans le cadre de ce parti, la mise en place d’un fonds : le fonds d’Appui à la Promotion de l’Entrepreneuriat (FAPA). Nous travaillons sur le mécanisme de financement de ce fonds ; comment abonder le fonds, ainsi que le manuel de procédure d’utilisation de ce fonds. Mais, grosso modo, c’est un fonds révolving qui va être utilisé à l’intention des jeunes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat, notamment dans le secteur agricole et de l’élevage parce que nous croyons que ce sont les deux secteurs porteurs d’emplois, des secteurs clés de création de richesse », a-t-il introduit.

Connu comme agent de développement, le nouveau président de l’UNG explique son entrée en politique par sa volonté de changer positivement la Guinée. « Vous savez, en tant qu’agent de développement, ce que vous pouvez, c’est soit rédiger des programmes de développement, soit les conduire, les évaluer ; même à un certain niveau, vous êtes limité. Parce qu’à un moment donné, vous êtes bloqué par des politiques. Donc, ayant pris connaissance de toute l’évolution du processus démocratique, de l’évolution de notre pays, notamment en matière de développement, en matière de gestion des projets, j’ai estimé qu’il fallait engager la dimension politique. Cela me permettrai d’être encore utile à ma population et mon pays ».

Les élections présidentielles sont prévues le 18 octobre prochain. Mais, Dr Diao Baldé n’a encore pas décidé sur la participation ou pas de parti à cette élection. Cependant, comme les autres leaders de l’Opposition, il souhaite que toutes les conditions favorisant la tenue d’un scrutin crédible et inclusif soient réunies avant sa tenue. « Je ne peux pas décider aujourd’hui si nous allons participer ou pas à cette élection ; comme vous le savez, je viens d’être investi comme président de l’UGN. Mais, à titre personnel, je pense qu’il faudrait que les conditions d’une élection libre et transparente soient créées. C’est notamment au niveau du fichier électoral et de tous les organes de gestion de ce processus électoral. Donc, c’est un prérequis logiquement pour organiser une élection transparente. Mais, pour ce qui est de la participation du parti, je viens d’être investi, on va consulter les membres du bureau exécutif, ainsi que les cellules de bases, la solution viendrait donc du consensus à l’intérieur du parti. Par rapport à notre positionnement politique, je rappelle que nous pouvons évoluer seul ; mais, l’alliance n’est pas exclue. De toutes les façons, nous essayerons de voir quel est le parti qui a les mêmes aspirations politiques que nous. Mais, ce qui est clair, c’est que nous défendons des valeurs de justice, de liberté, de démocratie. Nous sommes contre tout ce qui est injustice. Et, aujourd’hui, il est évident que notre pays va très mal ; donc, nous serons dans l’opposition…», a-t-il indiqué.

A noter que cette cérémonie d’investiture du nouveau président de l’UGN a connu la participation de plusieurs leaders politiques du pays. C’est notamment le cas de Bah Oury (président de l’UDRG), Alpha Oumar Taran Diallo (président de l’ADR) et de Souleyamne Kanté, qui a représenté l’UPR de Bah Ousmane.

A suivre !

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin