Le premier débat entre le président Donald Trump et son challenger démocrate Joe Biden s’est détérioré hier nuit, mardi 29 septembre 2020, en une épreuve de force amère, d’injures et de fouettement mutuel. Le président Trump a interrompu à plusieurs reprises son adversaire, Joe Biden avec des attaques coléreuses, violentes et personnelles.

C’était le débat présidentiel le plus chaotique de l’histoire des États-Unis, le premier magistrat du pays de la liberté Donald Trump a refusé catégoriquement de condamner les suprémacistes blancs qui l’ont soutenu. Il y a également eu des affrontements vifs sur la gestion de la pandémie par le président, l’intégrité des résultats des élections, des attaques profondément personnelles contre la famille de Biden et la façon dont la Cour suprême façonnera l’avenir des soins de santé du pays, etc.

Les deux hommes se parlaient fréquemment, Trump interrompant, criant presque, si souvent que Biden finit par craquer lançant : « Vas-tu la fermer, mec ? » à Trump ou bien « Le fait est que tout ce qu’il dit jusqu’à présent n’est qu’un mensonge », a déclaré Biden. « Je ne suis pas ici pour dénoncer ses mensonges. Tout le monde sait qu’il est un menteur ». « Il n’est qu’un menteur ». n’a-t-il cessé de répéter.

La course à la présidentielle était remarquablement stable depuis des semaines, malgré les crises historiques qui ont frappé le pays cette année, y compris une pandémie qui a tué plus de 200 000 Américains, les problèmes de racisme et la brutalité policière. Avec seulement cinq semaines avant le jour du scrutin prévu le 3 Novembre 2020 et le vote déjà en cours dans certains États clés, Biden maintien une avance dans les sondages nationaux et sur de nombreux champs de bataille. On ne sait pas encore si ce débat chaotique fera changer cette dynamique.

À maintes reprises, Trump a tenté de contrôler la conversation, interrompant Biden et discutant à plusieurs reprises avec le modérateur, Chris Wallace de Fox News. Le président a tenté de contourner les questions difficiles que ce soit sur ses impôts ou sur la pandémie pour livrer des attaques et calomnies contre Biden et sa famille.

Le modérateur, Wallace, dépassé par l’allure que prenait l’évènement a supplié les deux hommes d’arrêter de se parler. Biden a souvent essayé de répliquer à Trump, regardant parfois directement la caméra pour s’adresser directement aux téléspectateurs plutôt qu’au président et claquant : « Il est difficile de faire passer un mot avec ce clown. »

Refusant à nouveau de s’engager à honorer les résultats de l’élection, Trump a répandu des mensonges sur le vote par correspondance. Sans preuve, il a suggéré que le processus qui a gagné en popularité pendant la pandémie était parfait pour la fraude et a déclaré à tort une irrégularité sur un site de vote en Pennsylvanie où il déclare qu’on a ramassé des bulletins de votes dans des poubelles avec le nom Trump dessus.

Mais malgré ses efforts pour dominer la discussion, Trump a souvent été mis sur la défensive et a tenté de contourner quand on lui a demandé s’il était prêt à condamner les suprémacistes blancs et les groupes paramilitaires.

« Comment vous les appeler vous? Donnez-moi un nom. Donnez-moi un nom », a répété Trump, avant que Wallace ne mentionne le groupe d’extrême droite et violent connu sous le nom de Proud Boys. Trump n’a alors manifestement pas condamné le groupe, disant plutôt : « Proud Boys, reculez, restez à l’écart ». Mais je vais vous dire quoi, quelqu’un doit faire quelque chose à propos d’Antifa et de la gauche parce que ce n’est pas un problème de droite, c’est un problème de gauche.  » a-t-il lancé à la volé.

Biden a attaqué la gestion de la pandémie par Trump, affirmant que le président « a attendu et attendu » pour agir lorsque le virus a atteint les côtes américaines et « n’a toujours pas de plan ». Biden a dit à Trump « sortez de votre bunker et du piège de sable mouvant » et allez dans votre voiturette de golf au bureau ovale pour élaborer un plan bipartisan pour sauver les gens.
Trump a grogné une réponse, déclarant que « Je vais vous dire Joe, vous n’auriez jamais pu faire le travail que nous avons fait. Vous ne l’avez pas dans votre sang. » « Vous avez eu 40 ans, vous n’avez rien fait, c’est maintenant que vous allez faire quelque chose ? » « Je sais comment faire le travail », a été la réponse solennelle de Biden à Trump.

Les effets de la pandémie étaient bien visibles, les podiums des candidats étaient très espacés, tous les invités ont été testés avant la cérémonie et la traditionnelle poignée de main d’ouverture supprimée. Les hommes ne se sont pas serrés la main et, alors qu’aucun des candidats ne portait de masque pour monter sur scène.

Trump a eu du mal à définir ses idées pour remplacer la loi sur les soins abordables de santé dans les premiers instants du débat et a défendu sa nomination d’Amy Coney Barrett, déclarant que « je n’ai pas été élue depuis trois ans, je suis élue pour quatre ans » estimant que cela lui donne plein droit de faire cette nomination.

« Nous avons gagné les élections. Les élections ont des conséquences. Nous avons le Sénat. Nous avons la Maison Blanche et nous avons un candidat phénoménal, respecté de tous », a-t-il martelé.

Trump a critiqué Biden pour le refus de l’ancien vice-président de dire s’il essaierait d’élargir la Cour suprême en représailles si Barrett était confirmé pour remplacer feu la juge Ruth Bader Ginsburg. Cette idée a pris de l’ampleur sur le flanc gauche du parti mais Biden a essayé de mettre de la distance entre lui-même et l’aile libérale, refusant d’approuver le Green New Deal et rejetant l’affirmation selon laquelle il était sous le contrôle des radicaux en déclarant « Je suis le Parti démocrate maintenant. »

Le débat très dispersé a rebondi de sujet en sujet, Trump refusant à nouveau de reconnaitre la science du changement climatique tandis que Biden accuse Trump de s’éloigner de la promesse américaine d’équité pour tous et de lancer un appel basé sur le racisme. « C’est un président qui a tout utilisé comme un sifflet de chien pour essayer de générer la haine raciste, la division raciste », a déclaré Biden.

Ces derniers mois ont vu d’importantes manifestations après la mort de Noirs aux mains de la police. Biden a déclaré que le pays était confronté à un problème de racisme systémique et que si la grande majorité des policiers sont « des hommes et des femmes honnêtes et honorables », il y a des « pommes pourries » et les gens doivent être tenus responsables.

Trump a à son tour affirmé qu’un travail de Biden sur un projet de loi fédéral sur la criminalité traitait la population afro-américaine « à peu près aussi mauvaise que n’importe qui dans ce pays ». Le président s’est tourné vers sa focalisation dure sur ceux qui protestaient contre l’injustice raciale et a accusé Biden d’avoir peur d’utiliser les mots « loi et ordre », par crainte de s’aliéner la gauche.

« La violence en réponse n’est jamais appropriée », a déclaré Biden. « Jamais approprié. Une protestation pacifique l’est. »

Les attaques sont devenues profondément personnelles lorsque Trump est revenu sur une ligne d’attaque de campagne en déclarant que le fils de Biden, Hunter, avait profité de manière inappropriée des relations de son père alors qu’il travaillait en Ukraine. Biden a rarement regardé Trump pendant la nuit, mais s’est tourné en ce moment vers le président lorsqu’il a défendu ses fils, y compris son fils Beau, un vétéran de l’armée décédé d’un cancer en 2015, après les insultes signalées par le commandant en chef contre ceux qui ont servi dans le militaire.

Le débat était sans doute la meilleure chance pour Trump d’essayer de recadrer la campagne comme un choix entre candidats et non comme un référendum sur sa gestion du virus qui a tué plus de personnes en Amérique que dans toute autre nation dans le monde. Les Américains, selon les sondages, ont aigri sur son leadership dans la crise et le président a eu du mal à lancer des attaques cohérentes et crédibles contre Biden.

Dans les heures qui ont précédé le débat, Biden avait publié ses déclarations de revenus de 2019 quelques jours à peine après les révélations sur la longue histoire fiscale cachée de Trump, notamment le fait qu’il ne payait que 750 $ par an en impôts fédéraux sur le revenu en 2016 et 2017 et rien pendant de nombreuses autres années. Les Bidens auraient payé près de 300000 $ d’impôts en 2019.

Trump, dans le débat, a insisté sur le fait qu’il avait payé des millions d’impôts mais a refusé de dire combien il avait payé d’impôts fédéraux sur le revenu et a insisté sur le fait qu’il avait profité des incitations fiscales légales, un autre échange en colère qui a conduit Biden à déclarer que Trump était le « pire président » que la nation ait jamais eu. Qui de Donald Trump ou de Joe Biden sortira-t-il vainqueur après ce débat chaotique ? En attendant le débat entre les vices présidents candidats le mercredi 7 Octobre 2020 à Kingsbury Hall dans l’enceinte de l’université de Utah, l’autre question qui se pose est de savoir s’il y aura un autre débat des deux candidats à la présidence après cette claque de honte qu’ils ont infligé au pays de l’Oncle Sam ?

À suivre !

De New York (États-Unis), Mamadou Diouma Diallo pour Guineemation.com

Tél. : 1 646-591-2659

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin