Candidature de Cellou Dalein à la présidentielle 2020 : voici les raisons, selon Fodé Oussou

6 septembre 2020 à 20 08 16 09169

Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG

Comme annoncé dans nos précédentes publications, le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a été officiellement investi ce dimanche, 6 septembre 2020, comme candidat de son parti au scrutin présidentiel du 18 octobre prochain. Et, comme pour faire accepter cette candidature aux responsables et militants présents, Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG, a pris la parole peu avant le discours officiel du désormais candidat pour citer les raisons qui auraient poussé son patron à se présenter pour la troisième fois contre à Alpha Condé, sachant bien que la compétition ne sera pas équitable entre les candidats, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Collectif des ONG de défense des droits des communautés (COD-DC) pour l’accompagnement des reformes relatives à la compensation, l’indemnisation et la réinstallation des communautés impactées par les projets de développement en Guinée

6 septembre 2020 à 19 07 36 09369

Termes de Référence pour le recrutement d’un consultant juriste guinéen

I. CONTEXTE

La Guinée dispose des ressources naturelles considérables au niveau de l’ensemble des régions éco-géographiques. Ses atouts agro-climatiques sont aussi importants que des pluies abondantes, des disponibilités foncières et des températures douces.

Lire

Populations et Développement à Labé : le représentant de l’UNFPA regrette le manque d’agents compétents en zone rurale

6 septembre 2020 à 18 06 44 09449

Dr Ibrahima SOW, Chef Sous-Bureau UNFPA dans la Région Administrative (RA) de Labé

Le chef du sous-bureau du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), Dr Ibrahima Sow regrette le manque d’agents compétents en zone rurale dans la Région Administrative (RA) de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Mutilations Génitales Féminines : situation critique dans la Région de Labé

6 septembre 2020 à 18 06 23 09239

Maurice Kaman, inspecteur régional du Plan et Développement de Labé

La situation des filles et femmes reste critique dans la Région Administrative (RA) de Labé où on continue de déplorer plusieurs formes de violences basées sur le genre dont les mutilations génitales féminines, a appris la rédaction régionale de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Présidentielle 2020 : voici le discours d’investiture de Cellou Dalein (intégralité)

6 septembre 2020 à 16 04 52 09529

Mesdames et Messieurs les Membres du Bureau Exécutif ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil National des Sages ;

Mesdames les Membres du Comité National des Femmes ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Comité National des Jeunes ;

Mesdames et Messieurs les Invités ;

En ce moment crucial de la vie de notre pays, à travers vous, c’est à toute la Nation guinéenne que je m’adresse. La décision que je prends ce matin, dont l’histoire sera témoin, est lourde de conséquences pour chaque guinéenne et pour chaque guinéen. Elle n’implique pas que notre Parti, elle est si essentielle qu’on sait qu’elle affectera le cours de notre destin à tous.

J’ai entendu vos cris de cœur. Je mesure à sa juste valeur la gravité de la situation sociopolitique de notre cher pays. Je mesure également le poids de l’immense responsabilité qui pèse sur mes épaules en ces temps d’incertitudes, d’inquiétudes, voire même de solitude.

Je sais vos attentes. Je connais vos appréhensions. Je sens en moi chacune de vos interrogations, puisqu’elles ont résonné chaque jour dans le tréfonds de mon âme, ces dernières semaines. Vos craintes sont justifiées. Elles sont légitimes. Lorsqu’on a affaire à un président roublard et sans scrupules, chacune de nos actions doit être questionnée avec intelligence, posée avec pertinence.

Chers compatriotes,

Mon choix de diriger un parti politique procède d’une conviction inébranlable : pour accéder au pouvoir, il faut participer à des élections. J’ai fait le choix de conquérir le pouvoir par le biais de la confiance du peuple, qui s’exprime librement par le suffrage universel. Je suis un républicain convaincu, attaché aux valeurs universelles de démocratie. Je suis par ailleurs un homme préoccupé par la paix et la cohésion sociale dans notre pays. C’est au nom de ces principes qu’en 2010, lorsque ma victoire à l’élection présidentielle m’a été volé, je me suis abstenu de toute réaction qui aurait pu déboucher sur une guerre civile compte tenu du contexte qui prévalait.

Au nom de ces principes et de ces valeurs, j’ai été écrasé par un profond dilemme : celui d’aller à cette élection présidentielle ou pas. Alors, ces derniers jours, j’ai posé beaucoup de questions et j’ai beaucoup écouté. J’ai écouté parce que j’avais besoin d’entendre la lumière de la sagesse de chacun pour éclairer mon chemin. J’ai écouté parce que j’ai l’intime conviction que chacune de mes décisions doit être le fruit d’une concertation nourrie de contradictions, d’interrogations, d’oppositions, afin que chaque voix pèse de tout son poids dans la décision.

Le choix de participer à une élection alors que la transparence et l’équité du scrutin ne sont pas garanties n’est pas facile à faire. La complexité de ce questionnement a hanté mes nuits traversées d’insomnies, mes journées chargées d’interminables rencontres avec des interlocuteurs issus de toutes les catégories socio-professionnelles. Fort de tous ces échanges, de tous ces avis, c’est maintenant à moi, en tant que président du Parti, qu’il est revenu de clôturer ces débats, en toute responsabilité.

La décision prise en concertation avec mes proches collaborateurs d’engager l’UFDG dans cette compétition repose sur les avis motivés de l’écrasante majorité de nos Fédérations de l’intérieur et de l’extérieur ainsi que du libre choix des membres du Bureau Exécutif National.

Mesdames et Messieurs les membres du Conseil National,

Maintenant, vous me faites l’honneur de me demander de représenter notre Parti à cette élection.

Ai-je vraiment le choix, lorsque les militants et responsables de notre Parti, dans leur quasi- unanimité, me le demandent ?

Ai-je vraiment le choix quand on sait que les guinéens, dans leur écrasante majorité, me font confiance, et fondent en ma modeste personne tout leur espoir, toutes leurs espérances, comme ultime rempart face au pouvoir despotique et clanique d’Alpha Condé ?

Ai-je vraiment le choix, le choix de renoncer face à une horde sans foi, ni loi qui a décidé de confisquer le pouvoir, de diviser notre pays et de piller nos ressources ? Ai-je vraiment le choix quand on est face à un adversaire obsédé par le pouvoir, qui ne se préoccupe ni de nos routes, ni de nos hôpitaux, ni de nos écoles ?

Ai-je vraiment le choix quand on est face à un pouvoir qui n’a aucun égard pour les droits humains, les règles et les principes de l’État de droit et de la démocratie.

J’ai encore, frais dans l’esprit et chaud dans le cœur, la mémoire de tous ces jeunes martyrs, tombés tragiquement sous les balles assassines de ce régime sanguinaire. Que leurs âmes reposent en paix ! Que Dieu nous donne la force et le courage de poursuivre leur combat jusqu’à la victoire finale !

Mes chers compatriotes,

Le sacrifice de ces jeunes concitoyens appelle à la résistance. Leur sang engage à la détermination. Leurs âmes cueillies à la fleur de l’âge ou au zénith de leur vie réclament la liberté et la prospérité au bénéficie du peuple de Guinée pour lequel elles sont tombées. Non, ce n’est pas en allant aux élections qu’ils nous condamneront. Nous n’avons pas le droit de nous résigner ou encore nous apitoyer sur notre sort, et se laisser prendre dans la houle d’une quelconque culpabilité qui nous fera perdre de vue l’essentiel. Le coupable, ce n’est pas nous, c’est Alpha Condé. C’est lui qui a armé sa milice et jeté cette horde sauvage aux trousses de nos combattants. En ce qui nous concerne, nous avons l’obligation de nous dresser devant Alpha Condé, sans concession aucune, pour honorer les corps de nos martyrs tombés sur le chemin de la liberté.

Mes chers compatriotes,

En ce jour, je me tiens devant vous par ma conviction inébranlable que notre combat doit continuer. Je me tiens devant vous par la force de votre confiance permanente en moi et au nom du serment de la construction d’une Guinée que je vais unir et servir.

Mais, il ne faut pas se leurrer. Avec une Constitution falsifiée, dont l’application est partiellement suspendue, un Fichier électoral tronqué et taillé sur mesure, une CENI et une Cour constitutionnelle totalement inféodées à Alpha Condé, la tâche sera ardue. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut céder aux forces de l’abandon. La Guinée est aujourd’hui dans une situation de non droit. Il faut obligatoirement corriger cela par un retour rapide à un ordre constitutionnel normal. Nous le ferons ensemble.

C’est donc dans la foi de cet exaltant projet commun, celui de libérer notre pays de la dictature, que j’accepte votre décision de m’investir comme candidat de l’UFDG à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020.

Ensemble, nous rétablirons la souveraineté du peuple, une souveraineté aujourd’hui travestie et détournée. La dictature n’est pas une fatalité. L’alternance démocratique est possible. Elle est à notre portée. Pour garantir cette volonté de changement, nous devons nous engager dès maintenant à nous battre. Se battre pour gagner. Se battre pour conserver notre victoire. Se battre pour vivre dignement sur cette belle terre de Guinée que nos ancêtres nous ont léguée.
Oui, si Alpha Condé ne reconnait pas sa défaite dans les urnes, nous saurons la lui démontrer dans la rue, sans coup férir. Et nous prenons déjà à témoin la communauté internationale qu’il est hors de question cette fois-ci que notre victoire soit confisquée. Il est temps qu’elle interpelle Alpha Condé, qu’elle lui rappelle les règles élémentaires de la démocratie. Si c’est entre nos mains qu’elle abandonne cette mission, alors Alpha Condé assumera toutes les conséquences de son entêtement et de sa kleptomanie électorale.

Nous lui donnons rendez-vous le 18 octobre. Nous lui montrerons que notre volonté de changement et d’alternance ne se négociera plus. 2020 n’est pas 2010, encore moins 2015. Nous sommes prêts. Nous gagnerons. Qu’Alpha Condé se le tienne pour dit. Cela est écrit. Cela sera accompli.

J’accepte donc votre mandat de représenter notre Parti à l’élection présidentielle à condition que vous vous engagez résolument et dès maintenant à voter et à sécuriser les suffrages que les guinéens ne manqueront pas de nous accorder, et de vous battre pour refuser, quoi qu’il arrive, que notre victoire nous soit volée comme ce fut souvent le cas.

En acceptant de participer à cette élection, nous avons voulu, en plus des manifestations pacifiques auxquelles l’UFDG continuera de prendre part, transporter notre combat contre le troisième mandat dans les urnes, parce que nous sommes déterminés à user de tous les moyens légaux pour empêcher Alpha Condé de s’octroyer une présidence à vie.

Est-ce que vous êtes prêts à refuser le vol de notre victoire dont Alpha Condé est coutumier ?

J’accepte votre mandat en espérant aussi que le dialogue politique inter-guinéen annoncé par la CEDEAO se tiendra et examinera de manière objective les revendications de l’Opposition politique, conformément à notre droit national et au Protocole additionnel de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance.

mRappelons que ces revendications, déjà soumises à la délégation conjointe de la CEDEAO, de l’UA et des NU lors des deux réunions préparatoires de ce dialogue, concernent notamment :
1- L’annulation du double scrutin du 22 mars ;

2- L’audit et l’assainissement du Fichier électoral ;
3- L’achèvement des élections locales du 4 février 2018 par l’installation des Conseils de
quartier et de district ainsi que des huit Conseils régionaux ;

4- L’ouverture du processus électoral aux partenaires traditionnels de la Guinée dans
l’organisation des élections, notamment l’UE, l’OIF et les NU ;

5- L’envoi d’une mission tripartite (CEDEAO, UA, NU) pour faire le bilan des violences
policières lors des manifestations du FNDC contre le troisième mandat.

Dans tous les cas, nous serons là, dans les urnes, dans la rue, sans tanks ni fusils mitrailleurs, sans faux bulletins pour bourrer les urnes et nous ferons face à toute volonté de confiscation de nos suffrages et pour imposer la vérité des urnes. Nous avons une seule arme, la plus grande de toutes : le peuple. Et le peuple gagne toujours. Je serais devant la pointe de l’épée, le fer de lance, la poudre du canon. Nous ne déserterons pas ! Je ne déserterais pas ! Dans ce champ de bataille, je ne fléchirais pas. Le vol a assez duré. Le mensonge a suffisamment fait du mal. Il est temps que nous soyons l’immense tempête salvatrice qui souffle définitivement ce monde délinquant et déliquescent.

Je vous remercie.

Cellou Dalein DIALLO, Président de l’UFDG

Lire

Aly Kaba sur la candidature de Cellou Dalein : « C’est terminé pour le FNDC ! L’UFDG ne pourra pas créer le chaos »

6 septembre 2020 à 16 04 26 09269

Honorable Aly Kaba, président du Groupe parlementaire RPG arc-en-ciel


A peine annoncé candidat à la magistrature suprême pour la 3ème fois de suite, le principal opposant au régime d’Alpha Condé, focalise toutes les attentions et suscite assez de de réactions. 
Joint au téléphone par Guineematin.com, ce dimanche 6 septembre 2020, le Chef de la majorité parlementaire a salué l’esprit démocratique qui a guidé la décision d’Elhadj Cellou Dalein Diallo pour se présenter à la présidentielle du 18 octobre prochain pour la conquête du pouvoir. Mais, il a prévenu l’opposant !

Lire

Conakry : une nouvelle cantine pour les travailleurs de Alport

6 septembre 2020 à 14 02 26 09269

Dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des employés de Alport, la société Albayrak a financé la construction d’une cantine à l’intérieur du Port Autonome de Conakry. L’inauguration de cette infrastructure a eu lieu le vendredi dernier, 4 septembre 2020, dans une ambiance festive qui exprime la complicité et la parfaite collaboration qui existent entre les responsables et les travailleurs du port autonome de Conakry.

Lire

Les mots et les maux du ministre

6 septembre 2020 à 14 02 22 09229

Habib Yembering Diallo


Cher
cousin,

Comme tu le sais bien, la date de l’élection présidentielle a été fixée pour le 18 du mois prochain. En prélude à cette importante échéance, des membres du gouvernement se sont retrouvés pour envisager la stratégie de la campagne électorale. Tu auras remarqué que je dis des membres et non les membres. Car, comme tu le sais, la différence est de taille. Mais l’objet de cette lettre n’est pas de parler de la subtilité d’une langue. Loin de là.

Lire

Hommage au Pr. Thierno Diallo : un savant s’en est allé !

6 septembre 2020 à 14 02 21 09219

Le 29 août 2020, le Professeur Thierno Diallo est décédé à Paris.

Né en 1929 à Labé, fils d’El Hadj Amadou Lariya et de Nennan Aïssatou Kirdandji, il était l’homonyme de son grand-père paternel, Thierno Mahmoudou Lariya (m. 1925), personnalité religieuse du diiwal (province) de Labé. Appartenant par l’ascendance aux bhè karambol e kaydi (« gens du calame et du papier »), il jouit d’une éducation combinant cursus islamique et occidental.

Lire

Rentrée du Groupe Hadafo médias, les démissions, l’arrivée de Djoma… Lamine Guirassy à cœur ouvert

6 septembre 2020 à 0 12 07 09079

Lamine Guirassy, PDG du groupe Hadafo Médias

A la veille de la rentrée du groupe Hadafo médias pour sa treizième saison, Lamine Guirassy, le PDG du groupe, a accordé une interview à Guineematin. Le journaliste s’est confié à cœur ouvert sur les préparatifs de cette nouvelle saison, les démissions enregistrées par son entreprise, et bien sûr, la concurrence du groupe Djoma médias. Le turbo, comme le surnomment ses admirateurs, affiche sérénité et confiance.

Lire