Attaques du cortège de Kassory : Damaro Camara dénonce « les appréciations hâtives »

Le président de l’Assemblée nationale guinéenne n’a pas du tout apprécié les réactions qui ont suivi les attaques que le cortège de campagne du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, a subies récemment à Labé et à Dalaba. Amadou Damaro Camara dénonce des « appréciations hâtives » et appelle à la responsabilité de tout le monde. Il l’a dit au cours d’une conférence de presse qu’il a animée ce lundi, 5 octobre 2020, au palais du peuple de Conakry, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Amadou Damaro Camara, président de l’Assemblée nationale

« Même en politique, il y a un problème de crédibilité personnelle. Nous avons eu des appréciations hâtives. Rapidement on dit : ce sont les militants de l’UFDG. Après, c’est le préfet de Labé qui dit malencontreusement, avant la fin même des enquêtes : non ce sont des enfants à qui on a promis de l’argent, ils n’ont pas donné. Et, un monsieur de l’opposition dit que ce sont des machinations du RPG pour pouvoir persécuter ses militants.

Je crois que l’un dans l’autre, il y a un problème de responsabilité personnelle. A priori, tout le monde doit condamner l’utilisation de la violence de quelle que source que ce ça soit. Le comportement de tout homme politique devait être de condamner d’abord et laisser comprendre après. Et, quand on comprend, qu’on ait le courage de sanctionner les fauteurs de troubles », a déclaré le chef du parlement guinéen.

Ce responsable du parti au pouvoir déplore également les violences enregistrées en Haute Guinée, suite à ces attaques contre le cortège du Premier ministre. « Il y a eu des répercussions dans d’autres zones, parce que certains ont dit : vous avez fait ça chez vous, nous allons faire ça chez nous aussi. Ça n’honore pas la classe politique. Alors ça, ça doit être condamné par tout le monde.

Nous devons avoir des élections libres. Tous les Guinéens doivent avoir les moyens ou la possibilité d’aller partout en Guinée sans craindre pour sa sécurité, surtout quand il s’agit de battre campagne pour les élections aussi importantes que les élections présidentielles », a dit Amadou Damaro Camara.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS