Depuis quelques jours une polémique sur la légalité et la légitimité de la délégation spéciale de la commune urbaine de Labé crispe les nerfs de certaines autorités locales, fait monter l’adrénaline dans la cité et donne aujourd’hui le droit de se demander entre le gouverneur de Labé, Sadou Keïta et son homologue de Mamou, Amadou Oury Diallo qui a la bonne interprétation du message du ministre Bouréma Condé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lors de la récente visite du président Alpha Condé à Labé, le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (ATD), Général Bouréma Condé a vu un maire de la région qui est venu assister à la réception du chef de l’Etat en arborant sa cocarde. Il lui a aussitôt dit d’enlever car ils ne sont plus en fonction. L’élu a voulu s’expliquer mais avec l’insistance du ministre, il a fini par obtempérer.

En effet, à l’annonce de l’ouverture de la campagne pour les élections communales du 4 février 2018, le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (ATD), Général Bouréma Condé avait posé un acte retirant tous les pouvoirs aux conseils communaux et aux délégations spéciales des communes urbaines et rurales du pays. La même décision confiait la gestion des affaires courantes des collectivités concernées aux secrétaires généraux de commune en relation avec les receveurs communaux.

Fort de cette position du ministre de tutelle, les forces sociales de Labé n’ont pas cru adresser une lettre d’information pour la marche pacifique qu’elles ont organisée dans la commune urbaine le lundi, 16 juillet 2018, au président de la délégation spéciale.

En réaction à cette option, le gouverneur de la région administrative de Labé, Sadou Keïta a expliqué, au cours d’une concertation organisée à son bureau dans la matinée du jeudi, 19 juillet 2018, que les forces sociales commettaient un dérapage. Il a jouté que la décision de son ministre de tutelle visait juste à interdire aux maires des communes et présidents des délégations spéciales la gestion des fonds publics.

C’est pourquoi, le secrétaire général de la commune urbaine de Labé, Abdoul Ghadiry Barry a répondu par écrit aux forces sociales locales en ces termes : « je viens par la présente vous confirmer que j’ai effectivement reçu votre correspondance pour la marche pacifique que vous voulez organiser le lundi, 23 juillet 2018, dans la commune urbaine de Labé ; mais je vous informe qu’elle devrait être adressée au président de la délégation spéciale qu’est l’autorité politique, les fonctions du secrétaire général sont purement administratives ».

Cependant, il convient de rappeler que, sur la même question, les forces sociales de Mamou ont adressé leur lettre d’information pour la marche pacifique qu’elles ont organisée le lundi, 16 juillet 2018, au secrétaire général de la commune urbaine. Et tout s’est bien passé avec les autorités locales, préfectorales et régionales.

En attendant qu’un reporter de Guineematin.com prenne compte contact avec le Général Bouréma Condé ou le conseiller juridique de son département sur cette ambiguïté dans l’interprétation du message du ministre, on est en droit de se demander aujourd’hui quelle est la position juste et défendable ?

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin