Sous préfet de KassaDans le souci d’approfondir la connaissance des citoyens sur le virus Ebola, ce samedi 1er  Novembre 2014, Médecins Sans Frontières (MSF) se sont rendus dans la sous-préfecture de Kassa pour sensibiliser la population sur la fièvre hémorragique à virus Ebola.

Ces derniers temps la lutte contre la fièvre hémorragique à Virus Ebola préoccupe les Guinéens et les ONG internationales. C’est dans cette circonstance qu’une équipe de Médecins Sans Frontières s’est rendue dans la sous préfecture de Kassa, située dans la périphérie de Conakry. Cette équipe a été très bien accueillie par la population de Kassa, à sa tête le sous-préfet de Kassa.

Dans son intervention Lansana Kassa Soumah, Sous-perfet de Kassa, s’est dit très réconforté de cette sensibilisation sur l’épidémie d’Ebola par l’équipe de MSF. « Cette sensibilisation a été très intéressante pour la population de Kassa, parce que nous savons tous que la première arme contre Ebola, c’est l’information et c’est ce que l’équipe de MSF a donné. Donc, je suis vraiment satisfait de voir les Médecins Sans Frontières diriger la sensibilisation avec compétence vers Kassa. Beaucoup de nos questions et préoccupations ont été répondues avec des réponses appropriées ».

îles de Kassa, ConakryPar ailleurs, le sous-préfet a manifesté l’une de ses inquiétudes de l’implantation d’un centre de traitement de l’épidémie d’Ebola, vu l’enclavement de la sous-préfecture par la mer. « Nous avons des soucis pour la fourniture avec laquelle nous allons agir au cas où il y aurait Ebola. Je veux parler de moyens de déplacement, c’est-à-dire des bacs d’ambulance et le centre de traitement de l’épidémie sur place, pour tous les cas, il faut se référer à Conakry. Nous souhaitons que nos inquiétude soient satisfaites de façon prompte pour qu’il n’y ait pas de cas qui puissent dépasser nos compétences », a-t-il souhaité.

Pour sa part, Gérom Mouton, chef de mission MSF en Guinée a justifié l’objectif de la présence l’équipe des médecins sans frontière par la sensibilisation. « Notre présence est de vous parler de cette maladie de virus Ebola, vous présenter les choses à savoir comment on attrape cette maladie et comment faire pour qu’il n’attaque pas les Iles de Loos avec l’enclavement dont parle le sous-préfet ».

Selon lui, l’implantation d’un centre de traitement est peu important étant donné qu’il n’y a que deux centre de traitement en Guinée. « Mais, l’importance, c’est de préserver ces îles par la sensibilisation, il faut savoir comment peut arriver Ebola sur les îles et pouvoir réagir plutôt que possible pour ne pas laisser Ebola s’installer sur les îles », a dit Gérom Mouton.

De retour de Kassa, Yacine Sylla pour Guineematin.com

Facebook Comments