Le ministre de la Pêche et de l’Aquaculture, Loucény Camara, a animé une conférence de presse ce vendredi 29 août 2014 à la maison de la presse pour faire le bilan du repos biologique des ressources halieutiques, allant du 1er juillet au 31 août 2014.

Le ministre Loucény Camara a rappelé que l’objectif de la fermeture de la Pêche industrielle et semi industrielle pendant deux mois, allant du 01 juillet au 31 août de cette année sur les eaux de Guinée visait à permettre la régénération de certaines espèces marines en voie de disparition sur nos eaux.

Pour le ministre de la Pêche, ce repos biologique a été bien suivi, malgré quelques violations de certains navires qui ont été, selon lui, sanctionnés : « Nos services compétents (en occurrence le centre national de surveillance des pêches) ont établi que sur 44 navires détenteurs de licence de pêche, au 30 juin 2014, c’est-à-dire à la veille de la rentrée en vigueur de notre interdiction, 37 navires ont effectivement suivi notre consigne et 7 autres ont failli, ce qui nous donne un taux de 84%. Donc, il faut s’en félicité ».

À bien écouter monsieur Loucény Camara, il y a eu, au cours de cette période, «une surveillance aérienne serrée, avec l’usage d’un avion Aéroneuf qui survolait l’espace des 50 mille marins chaque jour ». Le ministre de la pêche et de l’Aquaculture dira aussi que les 7 navires récalcitrants ont été arraisonnés et 4 autres ont reçu des avertissements.

Selon le ministre Camara, les sept navires qui ont été arraisonnés pour violation du repos biologique par les autorités de la pêche, ont rapporté beaucoup plus de revenus à l’Etat guinéen. « Les amandes prononcées à ces navires s’élevait à 7 milliards 800 millions de francs. A ce jour, Nous avons déjà encaissé 3 milliards 800 millions et les 4 autres feront l’objet de paiement au trésor », a dit le ministre de la pêche.

Mais, qu’en est-il du poisson arraisonné ? « Ils ont été vendus par la commission nationale d’arraisonnement à 421 millions de francs guinéens. Ce qui nous donne au total 8 milliards 221 millions de francs guinéens », précisé Loucény Camara, heureux du succès engrangé : « Si toutes les opérations pouvaient être rentables comme ça, on allait vraiment se réjouir»

Pour lui, Notre surface maritime était devenu un lieu où tout le monde faisait ce qu’il voulait sans crainte d’être poursuivi. « Mais, nous allons changer et ce n’est que le départ. On ne dit pas que tout est bien fait, mais nous nous disons que c’est un bon départ et cela pourra nous permettre d’engager d’autres actions pour régulariser le long de nos côtes », s’est engagé Loucény Camara.

Assy Diallo

Facebook Comments