Ils sont nombreux, les responsables et membres de l’AREMA (association des ressortissants de Macenta) qui ont quitté Conakry, il y a quelques semaines pour aller sensibiliser leurs parents des différentes sous-préfectures de Macenta. Malheureusement, les réticences persistent toujours dans plusieurs localités, rapporte un observateur de Guineematin.com à Macenta.

Avant-hier, mercredi 1er octobre 2014, c’est la sous-préfecture de Sérébédou, située à environ 12 kilomètres de la ville de Macenta qui s’est illustrée dans son refus d’écouter les agents sensibilisateurs.

Selon l’Observateur de Guineematin.com à Macenta, les délégués de l’AREMA auraient été non seulement pourchassés de Sérébédou, mais ceux qui ont été rattrapés par les habitants protestataires auraient été molestés…

À en croire l’Observateur de Guineematin.com, Dr. Kadiatou Guilavoqui (de l’AREMA) et sa délégation sont revenus à Macenta ville déçus et révoltés du comportement des villageois.

À rappeler que beaucoup d’autres sous-préfectures de Macenta comme Koyama et Simbédou seraient encore hostiles à toute sensibilisation, c’est pourquoi les autoritaires sanitaires préfectorales solliciteraient le prolongement du séjour des délégués de l’AREMA qui ont quand même réussi à « déverrouiller » l’étau sur plusieurs autres villages de la préfecture, rapporte notre contact à Macenta.

Facebook Comments