Bakary Fofana, président de la CENICe mercredi 19 novembre 2014, la commission électorale nationale indépendante (CENI) organise un atelier de formation des commissaires et des acteurs du processus électoral sur l’usage de la biométrie en Guinée, le respect du droit, à la vie privée et la protection des données du personnel. Cet atelier qui se déroulera cinq jours à l’hôtel Mariador Palace, a pour thème : « usage de la biométrie dans le processus électoral en Guinée –  enjeux et perspectives ».

A l’occasion de la cérémonie de lancement, ce matin, le président de la CENI, Bakary Fofana,  a expliqué va permettre aux membres de la CENI d’aller loin et d’approfondir leur responsabilité sur la bonne gestion du fichier.

Pour sa part, Jacque GBonimy, directeur du département formation et accréditation de la CENI, a rappelé que « cette formation est initiée à l’intention des commissaires de la CENI et de tous les acteurs du processus électoral pour apprendre à connaitre mieux la biométrie et ce que c’est qu’un fichier biométrique pour éviter toute les confusions que nous avons connu par rapport aux différentes appréciations qu’on fait soit du travail de la CENI ou du fichier biométrique lui-même ».

Selon lui, c’est une manière  d’établir la confiance entre la CENI et les autres acteurs politiques par rapport au fichier biométrie de la Guinée. « Au cours de cette formation, il y a des thèmes à développer : d’abord connaître c’est quoi la biométrie, ce que c’est qu’un fichier biométrie et l’historique de la biométrie en Guinée. Et, nous procéderons également à une connaissance comparative entre le fichier biométrique guinéen et le fichier biométrique des français ; voir quels sont les particularités des différents cas et quels sont les problèmes auxquels un fichier biométrique est confronté et comment essayer de les résoudre précisément dans notre cas ».

Par ailleurs, selon les organisateurs, cette première phase concerne 40 personnes, des commissaires et leurs assistants qui sont des chefs de service dans les différents départements et les techniciens qui sont au site central. Et, la deuxième phase concernera les acteurs politiques et les acteurs de la société civile, les membres des institutions républicaines et les médias.

Yacine Sylla pour Guineematin.com

Vous pouvez écouter Jacque Gbonimy sur le lien ci-dessous :

Commentaires