Dr Jean Dimiti Tolno, président de la coordination des unions forestières

Située dans la région sud de la Guinée, la ville de N’zérékoré est depuis quelque temps sous les feux des projecteurs. Et, pour cause, deux individus (David Massa Zogbélémou et Lambert Zogbélémou) se disputent le patriarcat de cette capitale de la forêt. Ce, depuis la mort de Molou Holomo Hazaly Zogbélémou, l’ancien patriarche de N’zérékoré, décédé le 1er décembre dernier. Chacun des deux prétendants à ce titre est soutenu par une frange de la population de la ville ; et, à l’absence de compromis, chacun d’eux a réussi à se faire introniser patriarche.

Cette situation fait ainsi régner un bicéphalisme à la tête de la ville de N’zérékoré, au grand dam des populations de la localité. Mais, pour le président de la coordination des unions forestières de Guinée, cette situation inconfortable est le résultat de l’immixtion des politiques dans les affaires sociale en Guinée.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com ce mercredi, 27 janvier 2021, Dr Jean Dimiti Tolno a laissé entendre que les sages de N’zérékoré ont été commandés, manipulés à distance par des individus qui n’ont rien à voir dans cette affaire.

« Ce problème résulte de la politique qui sévit dans notre pays, puisqu’à chaque fois que le problème de patriarche se pose, ça devient un problème politique alors que c’est purement social. Les personnes concernées sont dirigées à distance. Et franchement, ça crée beaucoup de problèmes. Il y a une manipulation politique derrière l’affaire de N’Zérékoré. Sinon, si c’était seulement les sages de la ville, il n’y aurait pas eu des problèmes. Parce que toutes les polémiques allaient être mises de côté ; et, entre eux, les sages savent qui doit être intronisé. Mais, on ne peut pas imposer un patriarche à une localité. Je ne peux pas citer le nom de qui que ça soit dans cette affaire, mais ce qui est clair, ils n’ont qu’à laisser la main libre aux sages de faire le choix et introniser qui de droit pour que celui-ci soit le patriarche de N’Zérékoré », a indiqué le doyen Jean Dimiti Tolno.

Selon le président de la coordination des unions forestières de Guinée, il n’y a eu aucun problème de succession de patriarche dans les localités où les politiques n’ont pas fourré leur nez. C’est le cas notamment dans la préfecture de Guéckédou où la succession du Sotikémö s’est passée sans grabuge.

« A Guéckédou, il n’y a pas eu de problèmes. Après la mort du Sotikémö de Guéckédou, son fils a pris directement la relève. Il n’y a pas eu de contradiction et il n’y a pas eu d’histoires. Donc, il y a des règles qu’on ne peut pas changer parce que ce sont des choses purement héréditaires. On ne peut pas changer cela d’une manière ou d’une autre. Donc, cette affaire de N’Zérékoré, il faut la mettre au solde du pouvoir parce qu’aujourd’hui, on a deux intronisations à N’Zérékoré. C’est quelque chose que je déplore beaucoup », dit Dr Jean Dimiti Tolno.

Parlant de la rencontre d’hier entre le président de l’Assemblée nationale et les représentants de certaines coordinations régionales, Dr Jean Dimiti Tolno a dit qu’il n’a pas été invité. Mais, il plaide en faveur de tout ce qui pourrait amener à la bonne marche du pays. « Moi je n’ai pas été informé ; mais, j’ai entendu parler quand-même. Ce que nous souhaitons aujourd’hui dans notre pays, c’est l’entente, la cohésion et surtout la compréhension pour la bonne marche de notre pays. S’ils (les autorités) arrivent à mettre fin à certaines pratiques afin qu’on se comprenne, ça sera très bien pour nous », a confié le président des unions forestières de Guinée.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin