Cour d’appel de Conakry : un agent de la garde pénitentiaire et un prisonnier échangent des gifles

Cheick SakhoLe jeudi 19 mars 2015, aux environs de 14 heures, un jeune prisonnier en attente d’un procès et qui causait avec ses codétenus a remarqué qu’un agent de la garde pénitentiaire, nommé Alsény Camara, était entrain de les prendre en images avec un téléphone portable.

Mal à l’aise d’être photographié dans son état, le prisonnier demandera avec insistance à l’agent d’arrêter. Devant le refus de cet agent, le prisonnier lui criera dessus. Et, immédiatement, il reçoit une paire de gifle de l’agent. Le prisonnier se lève, tire son co- détenu (enchaîné avec lui par des menottes) pour « rembourser » au moins une gifle…

Les autres agents viennent rapidement arrêter la bagarre à ce lieu de jugement.

Après une discussion avec ses collègues qui ont voulu le menotter pour le conduire à la maison centrale, le bourreau du prisonnier a finalement bénéficié de la médiation d’un agent de la cour d’appel.

A en croire le chef des gardes pénitentiaires, monsieur Bangoura,  Alseny Camara, dit Gaucher, est un récalcitrant. D’ailleurs, il n’était pas parmi l’équipe qui a accompagné les prisonniers à la cour d’appel de Conakry. Raison pour laquelle, il n’était pas en tenue de garde.

L’attitude de cet agent de la garde pénitentiaire en dit long sur les traitements que subissent les prisonniers à la maison centrale de Conakry.

Abdoulaye Oumou Sow

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS