Aziz Diop, KankanDans les accords du 20 août dernier, il était prévu le renouvellement des délégations spéciales dans 128 communes rurales et urbaines dans la perspective de l’élection présidentielle du 11 octobre dernier. Dans la Préfecture de Kankan, (4) communes étaient concernées par cet accord : la commune urbaine, et les communes rurales de Tokounou, Karifamorya et de Batè Nafadji.

A Batè Nafadji, c’est dans la matinée de ce jeudi 22 octobre 2015 que le Préfet, Aziz Diop, à la tête d’une délégation officielle, a été accueilli à Batè Nafadji pour l’installation de la nouvelle délégation spéciale. Ce qui n’a pu se faire à cause d’une nette opposition entre deux (2) groupes : l’un soutenant le maire sortant et l’autre le maire entrant.

Interrogé par Guineematin.com, le maire sortant, N’Faly Moba Kaba explique : « c’est une autre personne, à travers mes relations à Kankan, qui m’a informé de mon remplacement par arrêté. Le Sous-Préfet n’a pas voulu m’en informer. Il avait informé tout mon entourage. Moi, j’ai pris mes gardes, en préparant tous les dossiers de passation de service », a introduit monsieur Kaba.

« Aujourd’hui, lorsque la délégation est venue, toute la phase protocolaire a été exécutée. Le Préfet est intervenu et a appelé les concernés, parmi lesquels le nouveau Président de la délégation spéciale. C’est après qu’on m’a donné la parole. Lorsque j’ai commencé à parler, les citoyens ont tous crié que c’est moi qui vais rester à la tête de la commune. C’est ainsi que les échauffourées ont commencé entre ceux qui disent que c’est moi qui vais rester (car pour eux, ce n’est pas un arrêté qui m’a amené à la mairie mais une élection) et ceux qui soutiennent le nouveau maire », a expliqué au téléphone de Guineematin.com monsieur N’Faly Moba Kaba.

Par ailleurs, le maire N’Faly Moba a précisé que le nouveau maire réside à 15 kilomètres de Batè Nafadji, dans le district de Batè Soila. Ce qui ne plaiderait pas à sa cause.

Enfin, le maire a accusé le sous-préfet, Aboubacar Keita de lui vouloir des ennuis. « Depuis qu’il a été nommé Sous-Préfet chez nous, notre territoire n’a pas vécu la paix. Il m’a même frappé ici une fois », a-t-il accusé.

Le Sous-Préfet Aboubacar Keita que Guineematin.com a rencontré dans la résidence du Préfet de Kankan n’a pas souhaité réagir. Ni sur ces accusations du maire, encore moins sur l’évènement survenu  dans sa sous-préfecture. « Je ne suis pas serein ! Donc, à l’heure qu’il fait, je ne peux pas parler », a dit Aboubacar Keita, le sous-préfet de Batè Nafadji.

Par contre, le préfet de Kankan, Aziz Diop, a bien voulu revenir pour sur ce qui s’est passé ce jeudi 22 octobre 2015 dans la commune rurale de Batè Nafadji. « J’étais allé constater et appliquer l’arrêté du Ministre. Mais, j’ai trouvé une difficulté technique. Celui qui a son nom sur l’arrêté, ne réside pas au centre de la commune rurale et c’est techniquement difficile. Et, soudain, des contradictions ont commencé dans la salle et les gens ont crié de partout. Mais, pour éviter d’envenimer, mais aussi pour préserver la paix et la quiétude, j’ai arrêté tout pour convoquer l’ancien maire pour lui dire de cesser toute activité au nom et pour la commune de Batè Nafadji. J’ai aussi convoqué le Sous-Préfet, le secrétaire général de la commune, afin de prendre des mesures conservatoires. Pour le moment, le Secrétaire général de la commune rurale va assurer l’intérim pour (20) jours renouvelables une seule fois, comme l’indique le code des collectivités locales en Guinée, d’ici que le Ministre prenne un nouvel arrêté » a dit le Préfet, monsieur Aziz Diop.

De Kankan, Mamadou Sounoussy Diallo pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin