mairie de Faranah (2)Alors qu’elle prévoyait de recouvrer plus de 2 milliards de francs guinéens cette année (de janvier à décembre 2015), la commune urbaine de Faranah n’a pu recouvrer que 15 % de ce montant. C’est du moins ce qu’a confié à l’envoyé spécial de Guineematin.com à Faranah Monsieur Cheick Mohamed Camara, vice maire de la dite commune, ce mercredi 11 novembre 2015.

Sur les raisons de ce faible taux de recouvrement, le vice-maire pointe du doigt un certain nombre de facteurs. « Dans les recettes des communes, les marchés jouent un grand rôle. Le marché central de Faranah est paralysé depuis quatre ans.  Le chef de l’Etat a voulu bien reconstruire ce marché. Les travaux sont finis. Mais, le marché n’est pas encore mis à la disposition de la commune compte tenu de beaucoup de facteurs. Cela joue négativement sur les recettes », a expliqué le vice-maire de la Commune.

mairie de Faranah, Monsieur Cheick Mohamed Camara, vice maire de la commune de FaranahPar ailleurs, la commune n’a pas bénéficié de la bonne collaboration des services préfectoraux comme elle le souhaite. « Nous avons beaucoup de difficultés à mettre main sur les services préfectoraux de recettes qui devraient collaborer avec la commune », a-t-il dit, citant par exemple les services de l’Habitat et de la pêche. « Ils recouvrent des taxes propres à la commune, mais comme ils ne sont pas au niveau de la commune…. », a accusé monsieur Cheick Mohamed Camara. Le vice-maire de la commune urbaine de Faranah a également dit à Guineematin.com que la crise Ebola et le processus électoral qui ont aussi affecté la capacité de recouvrement de la commune de Faranah.

Monsieur Cheick Mohamed Camara a déploré le fait que l’acquisition normale de la subvention de l’Etat, accordée aux collectivités décentralisées, et qui devrait leur parvenir de façon trimestrielle, fait défaut. Cette année par exemple, ils sont au niveau de la deuxième tranche. « On attend la troisième tranche… ».

Parmi les réalisations faites par les autorités communales dans cette « précarités », monsieur Camara a cité la rénovation de la mairie, construite depuis 2005, et la délocalisation de la  zone industrielle de Faranah. « La zone réservée à l’industrialisation est envahie par les constructions. Le conseil a décidé de  la délocaliser à 13 kilomètres de la ville, dans le district de Souleymanya. Une superficie de 150 hectares est entrain d’être aménagée », a-t-il révélé.

Le vice-maire de Faranah a surtout voulu profiter de notre entretien pour appeler l’Etat à respecter les dispositions du code des collectivités afin de permettre aux communes de jouer leur rôle. « Nous avons aussi besoin des ressortissants de Faranah », a-t-il rappelé.

De Faranah, Thierno Amadou Camara, envoyé spécial de Guineematin.com 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin