Hadja Halimatou Diallo, épouse de Cellou Dalein DialloCe samedi 12 mars 2016, aux environs de midi, un groupe de jeunes a tenté d’empêcher l’épouse du chef de l’opposition guinéenne d’entrer dans la ville de Siguiri, considéré bastion du parti au pouvoir, a appris Guineematin.com d’un membre de la délégation.

Joint au téléphone par Guinematin.com, Alpha Issagha Diallo, attaché de presse du chef de l’opposition guinéenne, Elhadj Cellou Dalein, a accepté de relater sa version des faits : « C’est aux alentours de midi que nous avons trouvé, à la rentrée de Siguiri, un groupe de jeunes pilotés par 3 personnes.  Ces 3 sont venus dans un pickup flambant neuf, non immatriculé, avec quelques jeunes loubards pour ériger un barrage de fortune fait de grosses pierres, de troncs d’arbres et de toutes sortes de saleté », a entamé Mr Diallo.

A en croire Alpha Issagha Diallo, « Ils ont voulu empêcher Hadja Halimatou et sa suite de rentrer dans la ville de Siguiri. Je suis descendu en premier lieu pour venir aux nouvelles, mais ils m’ont regardé d’une manière très hostile. Ils ont répliqué qu’on ne rentrait pas. Ils nous ont dit que nous devons coûte que coûte rebrousser chemin, que nous sommes persona non grata dans la ville de Siguiri. Quand j’ai demandé pour quelles raisons, ils ont dit qu’ils sont même prêts à brûler les 3 véhicules ou à nous tuer sur place. On a compris que c’était sérieux et alors Hadja Halimatou est descendue pour essayer de discuter avec eux. Mais ils ont continué à proférer les mêmes menaces », a-t-il expliqué.

Face à cette situation, « on a finalement compris qu’on ne pouvait pas les ramener à de meilleurs sentiments. Alors, on s’est retourné dans nos véhicules en attendant de voir la suite. Entretemps, des appels avaient été déjà faits à certains nivaux et c’est ainsi que les véhicules de la sécurité sont apparus, à savoir la police et la gendarmerie. Les agents ont échangé avec les jeunes mais ce qui m’a beaucoup intrigué c’est la façon dont les jeunes osaient parler aux forces de l’ordre. Ils disaient que rien ne se fera et que personne ne passera », précise l’attaché de presse.

Et de continuer : « quand ils se sont finalement compris, les barricades ont été levées, les agents nous ont demandé humblement d’accepter de replier dans la cour de l’escadron qui était à côté pour leur permettre de continuer à sécuriser les lieux avant qu’on ne continue pour le programme pour lequel Hadja Halimatou est venue. Elle ne voulait pas partir mais les agents ont prié, c’est dans ces circonstances que nous sommes partis au niveau de la gendarmerie », a laissé entendre Issiagha Diallo.

Qu’ont fait les autorités locales ? « Le maire de Siguiri est venu nous trouver sur place, il s’est excusé humblement tout en précisant qu’il avait bien reçu un courrier du fédéral de l’UFDG de Siguiri l’informant de la venue de Hadja Halimatou dans la ville, en tant que marraine du mariage de Moussa Tatakourou Diawara. Le maire a, par la suite, invité la police et la gendarmerie à prendre toutes les dispositions pour sécuriser la délégation durant tout son séjour », a laissé entendre Mr Diallo.

Finalement, la délégation a pris les véhicules et a été escortée par un pickup de la police et quelques agents qui étaient devant et derrière. Des jeunes motards qui étaient aussi venus pour prendre des nouvelles et qui sont certainement des militants de l’UFDG, selon notre interlocuteur, étaient aussi présents durant le trajet. C’est comme ça que le cortège est arrivé dans la villa qui lui est réservée pour le séjour.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin