Commandant Mamadou Lamarana Diallo, préfet de LabéLe préfet de Labé, Commandant Mamadou Lamarana Diallo a été interpellé par son ministre de Tutelle, le Général Bouréma Condé au sujet de sa sortie médiatique sur les antennes d’une radio privée locale relayée 48 heures après par votre quotidien en ligne Guineematin.com à travers son correspondant régional.

Les propos tenus, dimanche, 07 août 2016, par le préfet de Labé, Commandant Mamadou Lamarana Diallo, sur les antennes de la radio GPP FOUTAH et relayés ce mardi par Guineematin.com sont tombés comme un couperet dans les oreilles des membres du gouvernement qui, à travers le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, ont interpellé les autorités régionales et préfectorales sur la question.

Depuis, le préfet de Labé, Commandant Mamadou Lamarana Diallo est tombé dans une colère contre votre serviteur, correspondant régional de Guineematin.com en Moyenne Guinée. Cet officier de la gendarmerie, connu pour ses retournements de veste et incapable d’assumer ses déclarations publiques a fait exploser sa colère sur les antennes de la radio Espace Foutah.

Il estime que le journaliste Idrissa Sampiring Diallo, correspondant de presse en service au gouvernorat de Labé est manipulé par le Gouverneur de région qui, selon lui, veut le démettre de son poste de préfet de Labé. Dans sa colère noire teintée d’impulsivité pas du tout digne d’un officier de gendarmerie, le Commandant Mamadou Lamarana Diallo qualifie le journaliste Sampiring Diallo « d’escroc international toujours prompt a dénaturé les propos des autorités » avant de promettre, la main sur le palpitant,  de porter plainte contre votre serviteur pour diffamation.

« Ce n’est pas vrai. Vous savez, moi-même, je suis étonné. Si vous constaté dans ces derniers temps là, chaque fois qu’il y a un article sur Guineematin.com, on parle du préfet de Labé. Et celui qui fait çà travaille avec le gouverneur. Il est au gouvernorat. Quelqu’un qui travaille pour l’Etat ne peut pas continuer tous les jours à diffamer un préfet, ou  bien à modifier le langage d’un préfet sans qu’il n’y ait des réactions de la part du Gouverneur. Moi, je suis vraiment étonné. Ça s’est passé plusieurs fois. Mais, je ne sais pas ce que j’ai fais à l’autorité régionale pourquoi on me suit comme ça. Me mettre en mal avec mes chefs. C’est le correspondant régional, le nommé Sampiring. C’est lui ! Et tout le temps, il travaille avec le Gouverneur. Parfois, il est presse publique, parfois il est presse privée. Cela n’a jamais été fait et ça continue comme ça. Tous les jours. C’est une façon de me liquider. Je ne sais ce que j’ai fais à ces gens là. Soyez sure et certains je vais porter plainte contre lui pour diffamation. Je vais porter plainte contre lui pour diffamation, parce que je m’excuse du terme, c’est un escroc international. C’est un escroc professionnel. Quand un chef parle, il modifie l’information, il diffuse çà sur le net » a-t-il explosé sur les ondes.

Interrogé à chaud par nos confrères de la radio Espace Fouta, j’ai répondu : « moi, j’ai exploité des propos tenus par le préfet de Labé sur les antennes de la radio GPP FM. Vous êtes journalistes professionnels, vous avez lu l’article, vous-même vous pouvez apprécier de vous-même si c’est un article professionnel ou un article commandité. S’il a des comptes à régler au Gouverneur  de Labé, je ne suis pas là pour défendre le Gouverneur de Labé. Je voudrais préciser que l’Agence Guinéenne de Presse n’est pas le porte bouilloire d’un administrateur territorial. Mais, je ne suis pas le porte bouilloire du Gouverneur Sadou Keïta. S’il a des comptes à régler à Sadou Keïta, il n’a qu’à gérer Sadou Keïta. Ce n’est pas moi qui gère Sadou Keïta à sa place. Et ce n’est pas parce que j’ai mon bureau au Bloc administratif régional que je ne dois pas exercer mon métier de journaliste. J’exerce mon métier de journaliste. C’est lui qui sait pourquoi il a tenu à  avoir le poste de préfet, alors qu’il sait qu’il n’a pas ce niveau. Je ne suis pas responsable de ce qui lui arrive ! S’il dérape, c’est ce que la presse recherche, je le fais et je diffuse et sur les médias d’Etat et sur les médias privés. Moi, je ne gère pas les médiocrités des administrateurs territoriaux », ai-je répliqué au micro de nos confrères de la radio Espace Foutah.

En tentant de nier l’évidence complète et concluante, le préfet de Labé a sans doute oublié qu’il a parlé sur les antennes d’une radio qui est obligée par la loi d’avoir ses archives sonores. La bataille est ouverte !

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphones : (00224) 622 269 551 & 657 269 551

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin