Procureur GénéralVeuve et mère de 8 enfants, Mariama Baïlo Diallo se déclare propriétaire d’une maison sise à Dixinn qu’elle décide de mettre en location à Moustapha Diallo moyennant 200 000 francs guinéens par mois. Son locataire lui a versé une somme de 4 800 000 francs guinéens pour  une période de 2 ans et un million de francs guinéens pour faire une douche interne.

Mais, il se trouve qu’au moment où Moustapha lui remettait cette somme, la maison était toujours occupée par des locataires Léonais. Et, elle faisait croire à son nouveau locataire que les locaux seront libérés  dans trois jours.

« Lorsqu’elle m’a montré la maison et que je lui ai remis l’argent, elle m’a dit de venir le 5 septembre occuper la maison. Cette date arrive, je viens là-bas sans la trouver. Elle a coupé tous ses contacts », s’est plait Moustapha Diallo.

Poursuivant sa mésaventure, le malheureux a dit : « j’ai mené des démarches auprès du démarcheur qui m’a mis en contact avec elle. Ce dernier l’a appelée sur un autre numéro en ma présence, le 12 septembre. Alors, j’ai pris le téléphone ; et, elle me dit qu’elle a fait un accident à Kindia. Je suis allé à Kindia le 15 septembre, je l’appelle, elle me dit qu’elle est à Coyah. Je reviens à la maison, je trouve son enfant et les occupants de la maison. Ceux-ci me disent que je risque de perdre mon argent car elle a toujours réussi à escroquer l’argent des gens de cette manière. C’est ainsi que j’ai porté plainte », a relaté le plaignant devant la barre.

En comparaissant ce lundi 31 octobre 2016 au tribunal de première instance de Dixinn, devant le juge, Noël Kolomou, madame Mariama Baïlo Diallo n’a pas tardé à reconnaître les faits qui lui sont reprochés. Elle a alors demandé au tribunal de la libérer et lui accorder une période de trois mois pour pouvoir rembourser cet argent.

Seulement, la veuve avait préalablement été condamnée par le même tribunal et pour les mêmes faits d’escroquerie à 7 mois d’emprisonnement, il y a seulement un an de cela.

Dans cette affaire,  dit le procureur Mohamed Samoura, la prévenue n’est pas à sa première comparution devant cette barre. «Elle avait mis une  maison à la disposition de plusieurs personnes. Et, elle a été condamnée à 7 mois de prison. C’est après avoir purgé cette  peine qu’elle a cherché à escroquer cette-fois-ci Moustapha, sachant bien que le lieu était occupé par d’autres auxquels elle n’a jamais donné un  préavis », a rappelé le procureur. Il demandera ainsi au tribunal de la «  condamner à 2 ans d’emprisonnement sans lui accorder des circonstances atténuantes, compte tenu de la récidive ».

De son côté, la défense a dit que cette infraction est vide sur toute sa procédure, expliquant que « c’est un simple contrat de location qui liait les deux. C’est la raison pour laquelle nous demandons au tribunal de relaxer purement et simplement  notre cliente pour délit non constitué», a plaidé la défense.

Finalement, l’affaire est renvoyée à la semaine prochaine, lundi 7 novembre 2016 pour la délibération.

A suivre !

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 664 413 227/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin