Après la menace de l’opposition de quitter le cadre de dialogue et de reprendre les manifestations de rue pour exiger les élections, Guineematin.com a donné la parole à quelques citoyens de la capitale guinéenne. Si certains estiment que le gouvernement devrait respecter les engagements issus de l’accord politique du 12 octobre dernier et de faire les élections locales, d’autres compatriotes appellent l’opposition à cesser les menaces et de continuer à dialoguer pour le bien de tous.

Joseph Pierre Touré

Joseph Pierre Touré

Joseph Pierre Touré, en service au ministère de l’enseignement technique, estime qu’il faut que le dialogue prime sur tout et que les manifestations soient un lointain souvenir.  « Les accords sont des accords et il y a lieu de les respecter. Le souhait de tous les guinéens aujourd’hui est que la Guinée avance, que la Guinée de 2017 brille de mille feux et aboutisse à des résultats que tous les guinéens partagent. Mais, cela ne peut être possible que dans un climat de paix. Si nous sommes parvenus à faire des réalisations comme Kaleta, c’est parce qu’il y a plus ou moins un climat de paix. C’est cette paix qu’il faut préserver. C’est pourquoi j’apprécie fortement l’élan du gouvernement par rapport à la réconciliation nationale. Mes souhaits seraient que cela s’amplifie davantage pour que la Guinée parvienne enfin à sortir de l’ornière à l’image des autres pays. L’opposition ne doit pas reprendre la rue, c’est de renégocier, parce qu’il n’y a pas d’œuvres parfaites. En tant que visionnaire, il faut qu’on se mette ensemble, qu’on échange, qu’on voit ce qui a marché et ce qui n’a pas marché et qu’on voit ce qu’il y a à améliorer au le bénéfice de tous les guinéens. Donc, la reprise avec les manifestations ne résoudrait pas les problèmes », a-t-il conseillé.

Mamadou Sadjo Bah

Mamadou Sadjo Bah

Par contre, Mamadou Sadjo Bah, activiste de la société civile, approuve la stratégie adoptée par l’opposition. « Si le président de l’Assemblée décline le programme du jour en incluant le vote de quelques projets, je trouve anormal. Vous n’êtes pas sans savoir que depuis quelques mois nous traversons une crise politique sur les accords inter guinéens par rapport aux élections communales et communautaires.  Je trouve bien que l’opposition boude la salle. D’ailleurs, je trouve normal que l’opposition menace de redescendre dans la rue. Le chef de file a rencontré le président, ils se sont donné parole pour que quelque soit l’issu du dialogue, les deux parties s’en tiennent au résultat. Ils ont trouvé des points d’accords approuvé des deux parties. Si l’une des deux parties n’applique pas le dialogue, je pense que l’autre partie a le droit de faire recours à la Constitution et faire ce que la loi lui confère », soutient monsieur Bah.

Abdourahmane Condé

Abdourahmane Condé

L’entrepreneur Abdourahmane Condé se plaint de la misère qui prévaut actuellement et tout en donnant raison à l’opposition. «Je n’ai pas suivi les débats hier à l’Assemblée. Mais, de la manière dont les choses m’ont été décrites, je donnerai raison à l’opposition. On ne peut pas continuer à tromper tout le temps le peuple de Guinée. On ne parle d’accord que si la loi n’est pas respectée. Mais, si ces accords ne sont pas aussi respectés, on parlera de quoi? La Guinée est très dure en ce moment et la population souffre. Donc, ils ne doivent pas nous faire souffrir davantage. L’opposition a le droit de recommencer les manifestations, mais on ne sait pas jusqu’où cela peut nous amener avec les conséquences que nous connaissons tous. Je dirais que l’opposition a fait ce qu’elle pouvait pour calmer le climat politique guinéen », estime monsieur Condé.

Propos recueillis par Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tél.: 621 607 907

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin