Projet d’attaque à main armée contre Alhassane Dem: Souleymane Diallo, son oncle et le brigadier chef…

Les jeunes  amis et complices Thierno Souleymane Diallo et Amadou Oury Sow sont accusés d’avoir planifié une attaque à main armée contre monsieur Alhassane Dem, domicilié au quartier Wanindara, dans la commune de Ratoma. Ce plan a été initié par le nommé Thierno Souleymane le 02 novembre 2016 et visait son oncle maternel, Alhassane Dem, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Suite à une plainte de monsieur Dem, les deux mis en cause et le plaignant ont été entendus hier mardi 07 février 2016 au Tribunal de Première Instance de Dixinn.

Selon monsieur Dem, c’est après avoir enregistré plusieurs cas de vols perpétrés par Thierno Souleymane à son domicile qu’il a jugé opportun de chasser son neveu.  Ainsi, après quelques semaines d’absence, Thierno Souleymane est allé contacter  son ami Amadou Oury, qui réside à Kipé dans la commune de Ratoma.  Les deux  amis décident d’aller voir un brigadier-chef à Bambéto pour que ce dernier les aide à avoir une arme en vue d’exécuter leur plan.

De leur côté, les prévenus n’ont pas nié les faits pour lesquels ils sont poursuivis. Interrogé, le présumé complice Amadou Oury Sow, est revenu sur les faits : « Il m’a dit que son oncle a beaucoup d’argent chez lui. Il faut qu’on aille chercher une arme dans les mains d’un Brigadier-chef pour aller retirer les biens de son oncle. Mais le projet a échoué car le brigadier en question a informé son oncle et ils nous ont mis aux arrêts. L’opération n’a pas eu lieu car on n’a pas eu l’arme et on nous a arrêté avant l’exécution de notre projet », a expliqué Oury  sow.

A noter que depuis le 3 novembre 2016, ces deux amis sont en prison, et le plan n’a pu être exécuté car monsieur Dem avait été auparavant informé du projet par le brigadier-chef.

Le procureur a requis 2 ans d’emprisonnement. Tandis que la défense plaide non coupable car, argument-t-elle, « l’infraction n’a pas été commise. Il n’y a pas eu arme. Par  conséquent, il n’y a pas eu commencement d’exécution de l’infraction.  Alors nous demandons relaxe pure et simple » a-t-elle plaidé.

La délibération était programmée  ce mercredi 8 février 2017, mais il n’y a pas eu audience en raison d’un séminaire de formation des magistrats.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS