image d’archive

Abdoulaye Kaba risque un an d’emprisonnement et une amende de cinq millions de francs guinéens. Cet enseignant est accusé par Abdoulaye Touré, le directeur du groupe scolaire Hadja Kadiatou Barry, d’avoir mené une campagne de dénigrement et de concurrence déloyale contre son école. Ce comportement a entraîné un dysfonctionnement au sein dudit groupe scolaire, où monsieur Kaba a enseigné pendant 15 ans, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le groupe scolaire Hadja Kadiatou Barry est situé à Cobayah, dans la commune de Ratoma. Il comprend 12 salles de classes et est construite par Elhadj Sanoussy Baldé qui réside à Paris.

Pour gérer cette école, le fondateur nomme son jeune frère de lait Saïkou Yaya Baldé comme administrateur général. Cependant, le fondateur a compris que les éléments que son frère a mis en place pour faire fonctionner son école ne travaillaient que pour eux. Aux yeux du fondateur, l’équipe qui était mise en place a pris l’école en otage en travaillant sans aucun rendement.

Après avoir constaté ce déficit, il a jugé nécessaire de rentrer en Guinée en 2014. En ce moment, il a trouvé un effectif de 500 élèves inscrits dans son école, mais les gestionnaires lui ont présenté 4 millions de francs guinéens de manque à gagner. Voyant ce déficit, il a fait appel à Abdoulaye Touré pour que ce dernier l’aide à toiletter son école. C’est dans ce cadre qu’il a interpellé le directeur du primaire, Moustapha Barry qui avait rajouté frauduleusement 4 heures sur les 32 heures de cours qu’il donnait dans la semaine. D’où sa suspension.

Une sanction qui n’a pas été appréciée par l’enseignant Abdoulaye Touré, qui a aussitôt exprimé sa solidarité à l’endroit de son collègue au cours d’une réunion que le personnel avait tenu au lendemain de la sanction.
N’ayant pas pu digérer le comportement du directeur, monsieur Touré a sillonné toutes les salles de classes pour informer les élèves qu’il ne relève plus de cette école. A leur tour, les élèves sont sortis en masse pour semer un tohu-bohu dans l’enceinte de l’établissement.

A l’issue de cette situation, le directeur monsieur Touré a porté plainte contre son employé et homonyme monsieur Kaba, pour entrave à la liberté du travail et menaces.

Arrêté et mis en prison depuis le 7 octobre 2016, le dossier concernant Abdoulaye Kaba a été déféré au Tribunal de Première Instance de Dixinn pour être jugé. Interrogé c jeudi 2 mars 2017, le prévenu nie en bloc les accusations articulées contre lui. Tandis que la partie civile dit avoir subi des dommages économiques et moraux dans cette affaire d’où la réclamation de 500 millions de francs guinéens.

Ainsi, après avoir écouté le plaignant, le prévenu ainsi que les témoins au cours des précédentes audiences, le procureur Alsény Bah a demandé, dans ses réquisitions, que monsieur Kaba soit condamné à un an d’emprisonnement et à 5 millions de francs guinéens d’amende.

Pour lui, le dénigrement de l’école et la concurrence déloyale que le prévenu a mené, ont entraîné un dysfonctionnement de l’école.

La défense quant à elle, demande de le renvoyer à des fins de la poursuite. « En le faisant, vous aurez libéré un enseignant aguerri », a-t-elle plaidé.

La date de la délibération est fixée au jeudi 09 mars 2017.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 654 416 922/664 413 227

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin