Ecrit par le projet GALF : La Guinée n’est pas encore prête à faire peau neuve dans la lutte contre la criminalité faunique malgré les efforts qui sont entrain d’êtres consentis par le Gouvernement, les partenaires dont l’Union Européenne et le projet GALF (Guinée Application de la Loi Faunique).

Un commandant du corps des conservateurs de la nature et deux braconniers viennent de tomber dans les filets des autorités préfectorales de Dabola les 22 mars et 1er avril 2018. Les mis en cause sont poursuivis pour les délits de chasse, d’abattage, de détention, circulation et commercialisation de trophées et de viande de panthère, espèce animale intégralement protégée.

L’acte s’est produit dans la sous-préfecture de Konindou, préfecture de Dabola où les présumés auteurs M. Fodé Kallo, Sadigou Fofana ont été appréhendés en flagrant délits de chasse et abattage d’une panthère et d’autre part la détention et la circulation de trophées et de viande d’espèce animale intégralement protégée.

Informées, les autorités administratives et environnementales de la préfecture de Dabola ont dépêché une équipe d’agents conservateurs dirigée par le commandant Sékou Dariou Camara de se rendre à Konindou. C’est ainsi que les nommés Fodé Kallo et Sadigou Fofana ont été mis aux arrêts le 22 mars 2018.

Cependant celui qui a conduit la mission d’interpellation des deux présumés braconniers en la personne de commandant Sékou Dariou Camara agent assermenté des Eaux et Forêts de la zone est tombé plus bas que l’on ne pouvait imaginer. Car selon des déclarations des contrevenants, une bonne partie de la viande de la panthère abattue sauvagement et illégalement lui a été offerte. Or, cet acte illégal et irresponsable d’un agent assermenté des eaux et forêts sensé de veiller à la lettre la protection des espèces animales protégées vient une fois de plus saper tous les efforts consentis par le gouvernement, des ONG, des partenaires et l’ensemble de la communauté internationale dans la lutte contre la criminalité faunique en Guinée.

Connu pour son expertise en suivi juridique et judiciaire en matière de lutte contre la criminalité faunique sous toutes ses formes et la corruption qui y affère, le projet GALF a été saisi par les autorités. Une juriste de GALF a été déployée sur le terrain grâce à la collaboration avec le point focal de la criminalité faunique du Ministère de la justice qui a contacté et donné des instructions fermes au procureur de la justice de paix de Dabola. Ainsi, le préfet, les autorités préfectorales des Eaux et Forêts appuyé par le monitoring de GALF, le commandant Sékou Dariou Camara du Corps des Conservateurs de la Nature a été mis aux arrêts le dimanche 1er avril 2018. Il a été entendu sur procès verbal où il a tout avoué les accusations portées contre sa personne.

Grâce à l’implication de GALF, les présumés auteurs ont été entendus et présentés devant le parquet de la justice de paix de Dabola. Après toute analyse et vérification des documents y afférents, le juge d’instruction a fini par placer tous les trois sous mandat de dépôt à la prison civile de Dabola.

La seule peau fraiche de la panthère abattue a été mise sous scellé en attendant la décision de la justice. Il faut rappeler que la criminalité faunique prend une ampleur inquiétante à Faranah malgré que la région regorge des sanctuaires de conservation d’espèces animales protégées. Selon certaines indiscrétions, certains agents indélicats du Corps des Conservateurs de la Nature sont en étroite complicité avec les braconniers qui continuent à tuer massivement des animaux provenant du parc du Haut Niger. Or, de telle activité contribue largement à altérer l’image du pays au niveau international.

A rappeler que le commerce illégal d’espèces sauvages est un crime organisé transnational. Il occupe le 4 ème rang du commerce illicite dans le monde, amassant des bénéfices d’environ 20 milliards de dollars chaque année.

Affaire à suivre !

Fatou Kourouma du projet GALF (Guinée Application de la Loi Faunique)

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin