Comme la semaine dernière, des citoyens de la préfecture de Mandiana sont descendus encore dans les rues ce vendredi, 20 avril 2018 pour manifester une fois de plus leurs ras-le-bol contre les fausses promesses du président Alpha Condé de réaliser plusieurs projets d’infrastructures depuis 2015.

Estimé à plus de 500 personnes, ces manifestants ont dénoncé le régime en faisant le tour des différents services publics déconcentrés de la ville, notamment la préfecture et la commune, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

« Ce matin, quand je suis venu ouvrir mon kiosque d’orange money, j’ai vu les manifestants. Et, on m’a dit qu’il y a un groupe de jeunes qui se dirige vers la préfecture et la commune avec des pancartes en main », a dit Sékou Koïta. Ensuite, ajoute notre informateur, les manifestants qui tenaient à imposer une ambiance de ville morte dans la cité de Mandiana ont mis le cap sur le grand marché où ils ont demandé la fermeture.

Comme lors de la première manifestation, les réclamations sont toujours les mêmes. Les pancartes qui étaient exhibées par les manifestants avaient des slogans revendicatifs : maison des jeunes abandonnée, route Kankan-Mandiana inachevée ou encore pont sur le fleuve Sankarani, oublié !

« Les manifestants réclament la finition des infrastructures entamées depuis 2015. Mais, il n’y a pas que ça : on apprend que quelques responsables de Mandiana auraient détourné des sommes d’argents devant servir à la construction de ces infrastructures », ajouté Sékou Koïta.

En attendant la suite de ces évènements ce deuxième mouvement de contestation à Mandiana, à l’image de la première manifestation, s’est passé dans un climat de non violence.

A noter qu’aucune autorité administrative de la localité n’a pour le moment accepté de répondre à nos multiples sollicitations.

Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél. : 620 95 40 47

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin