Les activités ont été paralysées dans la commune urbaine de Labé, ce mercredi 4 Juillet 2018. Cette paralysie, émaillée d’incidents par endroits, est la conséquence de l’appel à la journée ville morte de l’intersyndicale CNTG/USTG qui proteste contre la hausse unilatérale du prix du carburant à la pompe, rapporte Guineematin.com, à travers un de ses correspondants dans la région.

Très tôt ce mercredi matin, des jeunes mécontents suite à l’augmentation du prix des produits pétroliers ont pris d’assaut les rues de Labé. Ils y ont érigé des barricades, empêchant certains usagers de circuler. Il a fallu l’intervention des responsables de la société civile préfectorale pour les faire quitter les lieux.

Quant au secteur économique, toutes les boutiques et magasins sont restés fermés. Les quelques rares commerçants qui sont sortis ont ouvert les portes de leurs boutiques à moitié. Pour Ousmane Barry, il n’est pas rassuré de la façon dont les activités tournent ce mercredi matin : « nous sommes venus ce matin au marché central de Labé pour ouvrir nos boutiques. Mais, à l’allure où vont les choses, nous serons obligés de rentrer parce que nous ne voyons aucun client ».

Pour Abdourahmane Diallo, il est venu au marché central de Labé pour veiller au grain car le plus souvent, dans pareilles circonstances, certains jeunes indélicats profitent pour s’attaquer aux boutiques et voler des biens.

L’autre constat dans la capitale du Fouta, c’est bien la fermeture de toutes les banques primaires et d’autres lieux de change. Seul le secteur administratif a fonctionné dans la commune urbaine.

Il faut rappeler que depuis hier mardi, 3 Juillet 2018, des responsables syndicaux et de la société civile avaient fait des communiquées radiodiffusés pour inviter la population de Labé à suivre ce mot d’ordre de journée ville du 04 au 06 juillet 2018.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin