Après la tempête d’hier, marquée par le pillage de plusieurs magasins et boutiques par des jeunes membres du syndicat des transporteurs, le calme est revenu à Kankan dans la journée de ce mardi, 07 janvier 2020. Les commerçants sont mécontents de cette agression subie et disent avoir fermé par mesure de prudence, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Ce mardi 7 janvier 2020, la ville de Kankan est calme, la circulation est fluide. Contrairement à hier, l’administration et les banques fonctionnement normalement. Mais, la quasi-totalité des boutiques de Kankan sont fermées. Aux dires des commerçants, c’est pour préserver leur sécurité et montrer leur mécontentement suite aux événements d’hier lundi qu’ils ont opté pour cette démarche.

Boubacar Barry

Boubacar Barry en a gros sur le cœur. « Il n’y a pas de guerre entre les ethnies ici. S’il y a tension entre les syndicalistes, nous on ne sait rien. Ils sont venus saccager les boutiques et piller nos marchandises. Maintenant, nos parents nous ont demandé de fermer les boutiques, pour savoir ce qui se passe. Depuis qu’ils ont commencé, le Préfet et les services de sécurité étaient là, ils n’ont rien fait », a-t-il laissé entendre.

Thierno Oumar Barry

Selon Thierno Oumar Barry, les commerçants ne ferment les boutiques à Kankan que pour deux raisons. « Les commerçants de Kankan ne ferment les boutiques à ici que pour deux raisons : les jours de féries et aussi quand le Président doit venir. Si non, nous à Kankan on ne manifeste pas ».

Thierno Oumar Diallo

Dans un premier temps, les boutiques resteront fermées pendant 10 jours, si la situation ne s’arrange pas, les commerçants menacent d’aller au-delà de 10 jours, si l’on en croit Thierno Oumar Diallo. « Nous avons jugé nécessaire de fermer nos boutiques pour un délai de dix jours. Donc, à l’issue de ça, s’il n’ya rien vis-à-vis des autorités, nous allons prendre d’autres mesures ».

Après ces actes de pillages et de vandalisme, nombreux sont les commerçants qui pensent que leur sécurité est sérieusement menacée à Kankan. « Notre sécurité est menacée à Kankan, c’est une réalité, ce n’est pas seulement la sécurité des commerçants, mais c’est celle de tout le monde qui est menacée. Ce qui commence à Kankan n’est pas du tout bon pour le pays et pour les affaires », a-t-il dit.

La chambre préfectorale du commerce reste jusque-là silencieuse.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin