L’appel à une grève générale et illimitée lancé par le SLECG, dirigé par Aboubacar Soumah, a été partiellement suivi ce jeudi, 09 janvier 2020, à Labé. Pour cette première journée, les cours ont été paralysés dans les écoles de la ville, rapporte un correspondant de Guineematin.com sur place.

Au lycée Hoggo M’Bouro, seulement deux classes : la 11ème année, sciences sociales et la terminale, sciences mathématiques, ont fait cours ce jeudi, dans la matinée. Même si le personnel d’encadrement et les enseignants sont venus en grand nombre, il y a eu très peu d’élèves présents.

Au collège Thindel, les classes sont restées fermées. Ni les enseignants ni les élèves ne sont venus à l’école. Au lycée Wouro par contre, de nombreux élèves étaient présents dans la matinée. Dans certaines salles de classe, les cours se sont déroulés comme d’habitude.

Aux écoles privées Yacine Diallo et Saint André, les élèves sont partis en classes sans porter leurs tenues scolaires. Cela pour éviter que leurs établissements ne soient attaqués par les élèves des écoles publiques, en cas d’éventuels mouvements de protestation. Ces groupes scolaires ont fait cours jusqu’à 10 heures, et ont libéré les élèves.

Même si les cours ont été fortement perturbés, la situation est restée calme ce jeudi dans la ville. Les responsables locaux du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée saluent « la bonne entame » de leur grève, qui vise à réclamer un salaire mensuel de 8 millions de francs par enseignant.

Nous n’avons cependant pas pu avoir la réaction des autorités éducatives de Labé par rapport à cette première journée de grève. La directrice préfectorale de l’éducation et l’inspecteur régional de l’éducation étaient, tous les deux, absents de leurs bureaux. Selon leurs collaborateurs trouvés sur place, ils étaient en train de sillonner les écoles pour constater la situation qui y prévaut.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin