Comme annoncé précédemment, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) était face aux médias ce vendredi, 24 janvier 2020, à la maison de la presse de Kipé. Cette sortie des membres du FNDC coïncide à une énième visite à Conakry de Mohamed Ibn Chambas, représentant du secrétaire général des Nations Unies en Afrique de l’Ouest. Abdourahmane Sanoh, coordinateur du FNDC, a mis l’occasion à profit pour inviter la communauté internationale, à sortir des condamnations pour dire la vérité à Alpha Condé, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La Guinée est frappée par une crise sociopolitique majeure, née de la volonté du président Alpha Condé de doter le pays d’une nouvelle Constitution, qui pourrait lui ouvrir la voie à un 3ème mandat. Cette crise majeure pourrait faire basculer le pays, si l’on ne prend garde.

Conscient de cela, Abdourahmane Sanoh, coordinateur national du FNDC, demande à la communauté internationale de sortir de sa léthargie et de sauver la Guinée en disant la vérité à Alpha Condé.  « Vous savez très bien que nous sommes arrivés à une situation extrêmement dangereuse. On est arrivé à un niveau désespéré. Nous avons souvent lancé l’appel à la communauté internationale. Nous allons demander à Ibn Chambas et surtout à travers lui, aux Nations Unies, d’arrêter de continuer à observer une tendance génocidaire dans notre pays ; parce que c’est ce qui est train de se passer aujourd’hui. Nous allons demander que la communauté internationale commence à sortir maintenant de la diplomatie douce pour relever son intervention et son concours pour une solution apaisée de cette situation artificielle en prenant des sanctions précises contre certaines personnes qui sont en train aujourd’hui d’alimenter et d’entretenir monsieur Alpha Condé dans cette situation.  Rappelons-nous que monsieur Alpha Condé est quand-même une personne d’un grand âge qui est dans ses vulnérabilités aussi ».

Poursuivant, le coordinateur national du FNDC invite le peuple de Guinée à prendre son destin en main et à lutter farouchement contre le projet de nouvelle constitution du pouvoir de Conakry. « Nous comptons sur l’engagement du peuple de Guinée pour que ce coup d’Etat-là ne passe pas. Et, notre engagement à ce niveau-là est total. Absolument rien, s’il plait à Dieu, ne nous fera rebrousser chemin. Nous allons continuer jusqu’à ce qu’il (Alpha Condé) comprenne que c’est une question de vie ou de mort pour nous. Personne ne va confisquer le pouvoir d’Etat maintenant dans notre pays. C’est terminé », a-t-il prévenu.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin