Depuis un certain temps, la Guinée vit au rythme des crises sociopolitiques, des revendications sociales et d’autres confrontations qui virent parfois à l’affrontement. Consciente de ce danger qui guette notre société, l’ONG Protégeons les Droits Humains (PHD) a initié un projet dénommé « Asseyons-nous et discutons », qui a pour but de promouvoir le dialogue et la concertation à travers les mécanismes traditionnels de prévention et de résolution des conflits.

C’est dans la dynamique de son intervention sur le terrain que l’équipe des pairs éducateurs du quartier Kaporo Rails, dans la commune de Ratoma, a été installée ce samedi, 04 avril 2020, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

A travers son projet « Asseyons-nous et discutons », financé par Open Society Initiative for West Africa (OSIWA) pour une durée de 12 mois, Protégeons les Droits Humains (PDH) entend inciter la population guinéenne à renouer avec les pratiques traditionnelles de prévention et de résolution des conflits.

Moussa Soumaoro, responsable projet de l’ONG PDH

Selon Moussa Soumaoro, responsable projet de l’ONG PDH, ce projet est d’une grande importance. « C’est un projet de promotion du dialogue communautaire entre les différentes composantes sociales de notre pays. Nous avons constitué des groupes que nous avons appelé les champions de la paix et les pairs éducateurs qui ont pour rôle de tenir des réunions communautaires et d’organiser des séances de sensibilisation de masse dans les quartiers. Nous avons ciblé les quartiers à risques et très chauds de trois communes de Conakry : Ratoma, Dixinn et Matoto. Ce sont des quartiers où souvent les manifestations peuvent virer à l’affrontement intercommunautaire. Dans la commune de Ratoma, nous avons cinq quartiers concernés par le projet qui sont : Kaporo Rails, Koloma Soloprimo, Nassroullaye, Bantounka, dans Cosa, et Dar-es-Salam I ».

Amadou Diallo, chef de carré dans le quartier Kaporo Rails

De son côté, Amadou Diallo, chef de carré dans le quartier Kaporo Rails, s’est dit satisfait de cette initiative de PDH qui va inciter le dialogue dans les quartiers et secteurs avant de passer à la police ou à la gendarmerie. « C’est en Guinée seulement que les pratiques traditionnelles de prévention et de résolution de conflits ont été délaissées. Partout ailleurs, avant d’aller porter plainte à la police ou à la gendarmerie, il faut passer poser le problème devant les responsables de quartiers. C’est quand le problème n’est pas résolu à ce niveau qu’on peut saisir les autorités. Je salue cette initiative et je pense qu’elle portera fruit », a-t-il laissé entendre.

Abdourahmane Diallo, membre de l’équipe de sensibilisation sur la prévention et la résolution des conflits

Pour sa part, Abdourahmane Diallo, membre de l’équipe constituée pour sensibiliser sur la prévention et la résolution des conflits dans son quartier, à Kaporo Rails, s’est engagé à échanger avec toute la communauté pour faciliter la compréhension mutuelle. « Je suis animé par le projet et je vais faire de mon mieux pour que notre quartier puisse aller de l’avant sans violence, parce que les citoyens qui vivent dans ce quartier connaissent des problèmes. Un des problèmes est que les locataires et les concessionnaires sont souvent opposés. Donc, nous allons sensibiliser les propriétaires de maisons en leur faisant comprendre que ce n’est pas la peine d’aller porter plainte contre un locataire au niveau de l’autorité. Je vais me lancer dans ce travail, peut-être qu’ils me comprendront », a-t-il dit.

En outre, tous ces jeunes se sont également engagés dans la sensibilisation des habitants du quartier contre la pandémie du Coronavirus dont 73 cas positifs ont été détectés dans notre pays.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin