Rien ne va plus entre les secrétaires généraux de la section RPG de Horoya et de NIENH Sokora et le  coordinateur régional du RPG-AEC de Nzérékoré. Les deux généraux, rencontrés dans la journée de ce mardi, 02 juin 2020, accusent Elhadj Adama Keita d’avoir « violé les statuts et règlement intérieur du parti », en les suspendant de leur fonction et sans raison valable. Ils sollicitent l’implication du chef de l’Etat pour régulariser leur situation et menacent de passer à la vitesse supérieure.

Interrogé par le correspondanrt local de Guineematin.com, Abdoulaye Condé, secrétaire général de la section RPG de Horoya, est revenu sur les péripéties qui ont conduit à leur suspension. « Ça fait presque 8  mois que nous avons été élus par les militants dans le quartier Horoya, comme secrétaire général de la section RPG. Après 3 mois, nous avons constaté qu’au niveau du siège régional du parti, au quartier NIENH 1, le hangar qui était là ne répondait pas aux normes. Quand il y a la pluie, la réunion est perturbée. Donc, j’ai décidé à ce qu’on fasse une petite reforme. J’ai demandé à nos amis qu’ils s’associent à moi pour reconstruire le hangar. Ils ont refusé. Au moment des élections législatives couplées au referendum, l’ancien député, M. Sory Haba, à travers ses proches, sont venus me voir pour le soutenir à sa deuxième candidature. Mais, je leur ai dit que nous voulons maintenant un jeune parce que lui, Sory Haba, n’a rien fait à Nzérékoré au moment qu’il était député. Après, il a envoyé une somme de 7 millions GNF comme prix de colas des secrétaires généraux. J’ai jugé nécessaire de dire à mes amis généraux, au lieu qu’on se partage l’argent, on doit prendre cette somme pour réparer le hangar du siège qui pourrait permettre aux militants et sympathisant de bénéficier. Quand j’ai expliqué ça à l’honorable Sory Haba, il a salué l’initiative et il nous a dit de ne pas parler son nom. Et au lendemain matin, j’ai appelé le secrétaire général Mamoudou Condé de NIENH Sokora, on est allé au siège, nous avons commencé le travail », a-t-il expliqué.

Mais, poursuit-il, le coordinateur n’a pas aimé cette initiative. « Deux jours après, le coordinateur Adama Keita a envoyé les gens pour faire arrêter le travail, en disant que je ne suis pas habilité à faire ce travail en tant que secrétaire général de section. Finalement, nous avons arrêté le travail et même l’argent que nous avons dépensé, il nous l’a restitués. Deux jours après, ils ont fait une réunion entre eux là-bas pour nous suspendre de nos fonctions. Et il a fait venir son jeune frère, Isaac Keita, qui n’est pas du quartier, pour me remplacer. Ils ont dit que nous sommes suspendus pour faute lourde. Et quand les autres secrétaires généraux et les militants lui ont demandé, il a dit que nous sommes suspendus pour faute lourde mais sans donné les raisons de notre suspension ».

Après leur suspension, Abdoulaye Condé dit avoir rencontré vainement toutes les personnes ressources du parti au pouvoir  à Nzérékoré pour régler le différend. « Quand on a été suspendu verbalement par le coordinateur régional du RPG de nos fonctions,  j’ai entamé des démarches auprès du gouverneur sortant, Ismaël Traoré, du préfet sortant, Sory Sanoh, des sages Konia et Malinké ainsi que  plusieurs personnes pour ramener le coordinateur à la raison ; mais, impossible. Il dit aux gens que moi je veux sa place. C’est pour cela que je fais ces activités ».

Abdoulaye Condé dit s’être rendu à Conakry où il aurait obtenu la levée de sa suspension par le Bureau Politique National. « Je suis allé à Conakry pour voir le bureau politique national du RPG. Ils ont siégé sur mon dossier. A l’unanimité, ils ont décidé de lever la suspension. C’était le 27 novembre 2019. Ils ont ordonné à M. N’Bany Sangaré,  le ministre Komara, le permanent et le député, Abdoulaye Doukouré, d’appeler le coordinateur, pour lui dire que le bureau politique national demande de lever la suspension. Mais depuis ce jour jusqu’à maintenant, il n’y a pas de suite. Un jour, je suis allé chez lui pour demander de me rétablir de mes fonctions. Il m’a dit que c’est seulement le président de la République qui peut lui dire et non le Bureau Politique National, parce qu’ils se connaissent ».

Devant cette fin de non-recevoir, Abdoulaye Condé menace. « Je demande maintenant, dans les  jours qui suivent, s’il n’y a pas de solution, nous allons mobiliser les jeunes pour réclamer nos postes. Alors, nous demandons au président de la République de faire revenir le coordinateur qui a violé les statuts et règlement intérieur du parti sur sa décision ».

Joint au téléphone, le mis en cause, Elhadj Adama Keita, n’a pas accepté de se prêter à nos questions.

De Nzérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin