Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, trois (3) nouvelles lois organiques ont été adoptées hier à l’Assemblée nationale. Elles portent sur la Haute Autorité de la communication, sur la Cour Constitutionnelle et sur le Conseil économique et social, devenue Conseil économique, social, environnemental et culturel (CESEC).

Au sortir la plénière, un reporter de Guineematin.com qui voulait comprendre les vrais changements à retenir sur cette nouvelle loi a rencontré l’honorable Moustapha Diané, premier vice-président de la Commission des lois, de l’administration, de la justice et des droits humains. Ce député a activement participé aux travaux d’études et d’examen de cette loi organique. C’est lui d’ailleurs qui a présenté le projet au vote de l’Assemblée nationale hier, vendredi 03 juillet 2020.

Honorable Moustapha Diané, premier vice-président de la Commission des lois

« Au nombre des innovations, il faut commencer par le changement de dénomination de cette institution. Désormais le CES devient CESEC et prend en compte tous les aspects de la vie de la nation. La nouvelle loi accorde également trois places aux organisations patronales. Mais ce n’est pas tout. Les Guinéens de l’étranger vont être représentés dans la nouveau CESEC. Et il faut mentionner cette volonté qui anime le législateur sur les questions du genre. Pas de plus de deux tiers ne doivent être occupés par le même genre. Mieux, dans ce texte final, les la personnalité qui doit diriger le CESEC sera élue par ses paires pour un mandat de cinq ans, renouvelable. Le quota des syndicalistes reste également à 12 au lieu de 9 places, comme le prévoyait le projet de loi. Voilà autant d’avancée significatives que comporte la loi organique sur le CESEC », a dit le 1er vice-président de la commission des lois.

Propos recueillis par Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin