Etienne Soropogui, président du mouvement « Nos Valeurs Communes »

Par Etienne Soropogui, président du mouvement « Nos Valeurs Communes » : La CEDEAO est dans un de ses rôles et missions traditionnels qui consistent à apporter un soutien aux OGE et aux processus électoraux dans la sous-région. Mais, à ce stade, la CEDEAO n’a fait qu’exprimer son intention d’accompagner financièrement la Guinée afin qu’elle tienne la prochaine élection présidentielle. Je ne suis pas sûr que cette intention puisse se matérialiser et se réaliser si la Guinée ne se met pas en règle avec les standards internationaux en matière d’organisation d’élections inclusives, libre et transparentes.

Il faut rappeler que les instruments sous régionaux sur la démocratie et la bonne gouvernance sont désormais assez précises et connaissent une nette évolution et avancée des initiatives en faveur de l’alternance et le respect des règles de dévolution du pouvoir.

En tous les cas, nous travaillons à rappeler aux partenaires de notre pays, Africains comme étrangers, que toute volonté d’accompagnement doit prendre en charge le contexte local ainsi que les préoccupations de l’ensemble des acteurs intéressés par les élections.

Parce qu’il s’agit d’agir sous le label de l’accompagnement, de donner une caution à une dynamique assez sensible qui est la dévolution du pouvoir d’Etat.

Un pays peut basculer ou ne pas basculer selon la façon dont ce processus est conduit.

Etienne Soropogui, ancien commissaire de la CENI, président de « Nos Valeurs Communes »

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin