Ibrahima Kaba Baldé, maire de la commune rurale de Kollet

Accusé par certains de ses concitoyens d’être mêlé de près ou de loin à une affaire de vol de bétail démantelée dans sa juridiction géopolitique, monsieur Ibrahima Kaba Baldé, le maire de la commune rurale de Kollet, vient de monter au créneau pour saluer et se féliciter de la décision du juge de paix de Tougué, Souleymane Kouyaté, qui, selon l’autorité communale, a réussi à tirer les choses au clair en bon professionnel du droit, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Beaucoup de citoyens de Tougué et observateurs de l’évolution de ce cas de vol de 8 têtes de bœufs dans la préfecture s’attendaient à ce que Ibrahima Kaba Baldé, le maire de la commune rurale de Kollet, cité à comparaître devant le juge en qualité de témoin, soit enfoncé par l’avocat de la partie civile, Me Thierno Souleymane Baldé, recruté pour défendre les intérêts des propriétaires des bêtes volées et retrouvées au moment où les prévenus les convoyaient vers la préfecture de Dinguiraye.

Cependant, après avoir subi pendant plus de 30 minutes les feux roulants des questions du juge audiencier, Souleymane Kouyaté et de l’avocat de la partie civile, Me Thierno Souleymane Baldé, le maire de la commune rurale de Kollet, Ibrahima Kaba Baldé, mis en cause par la clameur publique, a réussi finalement à se tirer d’affaire en gardant son statut de simple témoin jusqu’au bout du tunnel.

« C’est d’abord un ouf de soulagement pour moi, parce qu’il y a eu beaucoup de paroles et beaucoup de commentaires autour de ce dossier. Moi, je croyais au départ avoir bien travaillé. Mais, beaucoup de gens ont demandé à ce qu’on accepte que la justice fasse son travail. Maintenant que le mardi, tout a été tiré au clair, le juge s’est prononcé en présence de l’avocat. Les coupables ont été condamnés à la hauteur de leur forfaiture. Je veux parler de Diallo Alhassane, de Diallo Oumar (en fuite) et de Baldé Ibrahima. Au fait, ce ne sont pas mes citoyens. Ils relèvent de Kouratongo. Mais, les dégâts ont été commis dans ma circonscription et les gens ont dit tout. Ils ont raconté beaucoup de choses sur moi. Mais, j’ai encaissé parce que ma conscience ne me reproche de rien. De 100 millions, ils sont venus à 500 mille que les éleveurs ne devaient pas payer. Oubliant que c’est une convention entre les éleveurs et moi. Payez 500 mille pour compenser les frais, quand on va prendre les voleurs, on va vous rembourser cet argent. Et, ce qui fit fait. Dès qu’on a retrouvé les voleurs, ils ont récupéré leur argent. A date, il n’y a qu’une seule personne qui n’a pas encore récupéré son argent. Et puisque la décision a été prise, la justice a fait son travail purement et simplement. A côté du fait que je sois maire de Kollet, je connais un peu le métier, pour avoir fait droit. Je sais ce que le juge a fait. Il a pris une décision responsable, parce que la loi dit de 3 à 5 ans. C’est un problème de vol de bétail. Le juge était donc dans la fourchette. Il a condamné les voleurs. Et, les 60 millions, c’est tout à fait normal. Ils vont payer ce montant à trois. Dans sa plaidoirie, l’avocat a demandé 100 millions. Le juge a accordé 60 millions. Pour moi, c’est une victoire. L’avocat est professionnel. Il est à la hauteur. Et moi, j’ai comparu en tant que témoin. Mais, voilà que j’ai tapé 30 minutes à la barre. Je me suis dit que je ne comprends pas. 30 mn ? J’étais là en train de discuter avec l’avocat qui me demandait de beaucoup lire, de m’intéresser au code des collectivités. Il est allé jusqu’à dire que si je n’en ai pas, qu’il va trouver un pour moi. Moi, je peux dire que ça s’est bien passé », a confié le maire de Kollet.

De Labé, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin