Mohamed Diallo, petit-fils du célèbre Thierno Sadou Mo Dalein (1765 – 1854) de la préfecture de Labé participe à la conquête d’un prix d’excellence de la littérature arabe aux Emirats Arabes Unis. Ce concours est la plus grande distinction du meilleur poète au monde (Prince de la poésie) auquel participent tous les pays arabes et musulmans. La Guinée démontre encore sa ténacité à la littérature arabe, chose valorisée et héritée depuis des siècles.

En effet, la culture et la science dans notre société demeurent des éléments vitaux d’une société dynamique, la culture s’exprime dans la manière de raconter nos histoires, de fêter, de nous rappeler du passé, de nous divertir et d’imaginer l’avenir. Outre sa valeur intrinsèque, la culture apporte de précieux avantages sur le plan social et économique. Dans ce paradigme, la Guinée impose sa marque dans la culture islamique depuis sept siècles ou plus, grâce à d’éminents érudits qui ont laissé leurs empreintes dans la production scientifique.

Dans cette dynamique, le pays rafle d’excellents trophées dans tous les concours au niveau International. On peut citer par exemple le jeune Adama SANOH, qui a été le lauréat mondial de la mémorisation du saint Coran au Koweït l’année dernière, la Sœur Lawratou DIALLO, en Malaise cette année.

Aujourd’hui, la Guinée est dignement représentée par un digne fils de Labé au concours international de « Prince de la poésie arabe » qui est le plus grand prix de la littérature arabe moderne. Ce concours connaît la participation des arabes et musulmans dont la Guinée est dignement représentée.

Il faut signaler que les arabophones, souvent négligés par l’Etat et qui ne bénéficient pas d’appuis, ni de bourses d’études, raflent des prix d’excellence au niveau international. Malgré le manque de soutien, ils font la fierté de la nation guinéenne au niveau international.

Malgré la non valorisation de leur apport au pays, ils interviennent pourtant dans plusieurs domaines, surtout avec l’aspect de la philanthropie. C’est le cas par exemple de la prise en charge des orphelins, les puits améliorés, la construction des lieux de culte (mosquées, foyers d’éduction islamique) et la promotion de la paix et de la tolérance dans notre pays. C’est par leur clairvoyance et leur implication dans la promotion de la science islamique que notre pays n’est pas menacé par les intégristes ou les terroristes.

Toute la Guinée derrière notre candidat, nous souhaitons bonne chance à Monsieur DIALLO, que le trophée revienne à la Guinée, Ichallah.

Vive la diversité culturelle, vive le plurilinguisme, vive le brassage culturel et scientifique, qu’Allah bénisse la Guinée, amine !

Par M. MANSARE Ibrahim

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin