Enlèvement et assassinat d’Elhadj Doura : 20 accusés dont 2 militaires et un policier à la barre

Elhadj Doura

C’est parti pour le procès des accusés dans l’affaire Elhadj Abdourahamane Diallo dit Elhadj Doura, cet opérateur économique enlevé au petit matin du 03 décembre 2017 à Hamdallaye (dans la commune de Ratoma) et retrouvé mort enterré quelque temps plus tard dans la préfecture de Forécariah. Vingt (20) accusés (dont une femme) étaient hier, lundi 29 mars 2021, devant le tribunal criminel de Dixinn. Ils sont poursuivis pour « association de malfaiteurs, enlèvement, séquestration, complicité, recel, abstention délictueuse, blanchiment de capitaux et assassinat ». Des charges que certains d’entre eux ont reconnues sans ambages à la barre, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Dans cette affaire, ce sont 14 Guinéens, 4 Nigérians, un Léonais et un Malien qui sont dans le box des accusés. Et, parmi les Guinéens, on retrouve deux bérets rouges (relevant du bataillon de la sécurité présidentielle) et un policier. Ils sont tous poursuivis pour les mêmes chefs d’accusation devant le tribunal criminel de Dixinn. Et, l’audience de ce lundi a essentiellement porté sur l’identification des accusés, la lecture de leur ordonnance de renvoi et la notification des chefs d’accusation qui pèsent contre eux. Certains parmi eux ont opté pour la négation, alors que d’autres ont tout simple reconnu les faits mis à leur charge.

Après cet exercice, le tribunal a renvoyé l’audience au 12 avril prochain pour la suite des débats. Mais, en attendant cette date, les avocats des parties au procès se montrent confiants.

« Il y a plusieurs enseignements à tirer de l’ouverture de ce dossier. C’est que les débats d’aujourd’hui étaient essentiellement centrés sur l’identification des accusés, la notification des chefs d’accusation et la lecture de l’arrêt de renvoi pour les uns et de l’ordonnance de renvoi pour les autres. Le tout nous a fait comprendre qu’il s’agit d’une association de malfaiteurs. Parce que sur 20 accusés, nous nous retrouvons avec 4 nationalités : des Guinéens en majorité suivis de Nigérians, de Léonais et un Malien. C’est comme si c’est Afrique de l’Ouest en miniature qui s’est retrouvée pour commettre ces crimes.

Mais aussi, nous nous retrouvons avec une litanie de professions. Les accusés sont des professions confondues parmi lesquels il y a deux bérets rouges pas les moindres, 2 militaires qui relèvent du bataillon de la sécurité présidentielle. C’est quand même très inquiétant. C’est pour vous dire jusqu’où en Guinée nous vivons dans l’insécurité. Parce qu’on ne peut imaginer que des militaires à ce niveau de corps d’élite se mêlent à des bandits pour enlever une personne, la séquestrer jusqu’à ce mort s’en suive », a déclaré Me Faya Gabriel Kamano, un des avocats de la partie civile.

De son côté, la défense compte sur les débats à la barre pour voir l’orientation à prendre dans cette affaire. « C’est vrai que certains ont reconnu les faits, mais ce n’est pas difficile pour nous et ça ne sera pas difficile. Vous savez, l’instruction c’est à la barre. Et, à la barre, on va voir comment comprendre la suite », a dit Me Abdoulaye Keïta.

Opérateur économique, âgé de 85 ans, Elhadj Doura a été enlevé au petit matin du 3 décembre 2017, au quartier Hamdallaye, dans la commune de Ratoma (Conakry). Ses ravisseurs avaient par la suite exigé le payement d’une rançon pour sa libération. D’importantes sommes d’argent avaient été versées aux kidnappeurs, sans jamais que le vieil homme ne recouvre la liberté. Il est finalement mort dans les mains de ses ravisseurs, qui l’avaient enterré en brousse, dans la préfecture de Forécariah.

Après les enquêtes de la gendarmerie nationale, des suspects avaient été mis aux arrêts. Ce qui avait permis, de fil à aiguille, de comprendre leur mode opératoire, digne du cinéma hollywoodien. Elhadj Doura avait été finalement inhumé dignement le 13 mai 2018 à Bindy, dans la préfecture de Dalaba.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS