L’artiste Abraham Sonty, alias Koundouwaka, a récemment animé un point de presse dans un réceptif hôtelier de la capitale. Au cours de sa communication, l’artiste a accusé le gouvernement guinéen de vouloir « tuer » la culture en refusant d’accompagner les artistes, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Selon Koundouwaka, les gouvernements des autres pays de la sous-région accompagnent leurs artistes sur tous les plans, en assurant notamment leur promotion à l’étranger et frais médicaux. Mais, pour Abraham Sonty « le gouvernement guinéen veut tuer la culture, veut tuer les artistes. Pourquoi on ne veut pas défendre la culture guinéenne ? Aujourd’hui, quand on parle de l’assurance maladie, ce n’est pas effectif car, vous voyez comment les artistes meurent faute de moyens pour se soigner. Et, cette assurance maladie ne saurait nous aider si nos œuvres ne sont pas protégées. Aujourd’hui, les opérateurs de téléphonie, les vendeurs de CD etc., utilisent nos chansons sans payer nos droits », a-t-il déploré.

À en croire cet artiste, seul le chef de l’Etat peut régler cette situation. Mais, ce dernier est « trop renfermé, il n’est pas en contact avec nous. Donc, il ne peut pas aider la Guinée. Si non, s’il nous  écoutait, c’est nous qui devrions lui proposer qui doit être notre directeur du BGDA, qui doit être notre Ministre (…). Moi qui vous parle, je ne bénéficie de rien en Guinée.  Sinon, mon premier album a été l’album le plus vendu, il a fait deux ans de record, j’ai été retenu comme meilleur artiste après mon deuxième album. Mon troisième album a été retenu meilleure vente, mon quatrième album a eu 7 prix… Mais, avec tous ces prix, je n’ai bénéficie d’aucun sou, même pour payer mon loyer parfois je n’en ai pas », a-t-il dévoilé, rappelant que l’Etat n’existe que de nom.

Abraham Sonty ‘’Koundouwaka’’ a dénoncé la « politique politicienne instaurée par Alpha Condé » qu’il a accusé d’ailleurs d’avoir pris les guinéens en otage en dressant les ethnies les unes contre les autres. « Le fils d’Alpha Condé n’est pas mieux que moi, il a quitté ici quand nous on chantait.  Mais aujourd’hui, il est milliardaire (…). Mais nous, les miettes que nous avons, le produit qui nous permet de vivre, il faut qu’Alpha Condé protège ça plutôt que de nous diviser en appelant certains d’entre-nous pour leur donner 15 millions ou 20 millions de francs guinéens, comme si nous nous avons besoin de ça », a-t-il dénoncé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin