Jugés pour des pratiques de charlatanisme depuis une semaine, N’Fany Camara, sa femme Aissata Bangoura, et le marabout Aboubacar Soumah ont été reconnus coupables hier, lundi 27 juillet 2020. Le tribunal correctionnel de Kaloum les condamnés à une peine d’un an de prison avec sursis et au payement de dommages et intérêts à madame Kathy née M’Mah Soumah, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Tout a commencé le 22 mai dernier lorsque la plaignante, madame Katty née M’Mah Soumah a reçu une vidéo de la part de sa sœur qui se trouve en Belgique. La vidéo, filmée au domicile du marabout Aboubacar Soumah en présence de N’Fany Camara et de sa femme Aissata Bangoura, présente madame Katty comme une sorcière. Aissata Bangoura, malade et inconsciente dans la vidéo, répondant aux questions du marabout, accuse madame Katty d’être à l’origine de sa maladie. Après avoir visionné la vidéo, madame Katty va porter plainte contre le trio.

Lors de la première comparution des prévenus, ils ont expliqué ce qui s’est passé. Pour N’Fany Camara, c’est la maladie de sa femme qui l’a poussé à consulter le marabout. « Lorsque nous sommes venus chez lui, le marabout a demandé à ma femme de faire ses ablutions. Elle l’a fait. Après, il a récité des versets coraniques. C’est ainsi qu’elle a perdu connaissance et elle a cité le nom de madame M’Mah Soumah. »

La malade pour sa part avait ne rien savoir puisqu’elle était en transe lorsqu’elle a prononcé le nom de madame Katty.

Le marabout quant à lui a insisté sur la manière dont il traite ses patients. « Je ne suis pas charlatan, ni magicien. Je traite mes patients avec le Coran. Quand je lis le Coran, le patient perd connaissance et l’esprit qui est dans son corps parle avec sa bouche. C’est ce que j’ai fait et l’esprit d’Aissata Bangoura a parlé de madame Katty », avait dit Aboubacar Soumah.

Dans les plaidoiries de ce lundi, l’avocat de la partie civile, maître Mohamed Cheick Camara, a laissé entendre que les trois prévenus sont passés par la magie pour porter atteinte à la personne de sa cliente. « Dans la vidéo, on dit qu’elle a été même à l’origine du décès de son époux. Ils sont passés par le charlatanisme pour porter atteinte à sa personne à travers la magie. Cette vidéo est partout dans le monde. Son image est ternie aujourd’hui à cause des personnes non reconnaissantes, des personnes qu’elle a logées pendant 12 ans sans rien payer… Ça, c’est des pratiques que la justice ne doit pas laisser passer. Parce que ce qui est arrivée à cette dame peut arriver à un autre. Alors, il faut mettre fin à ça parce que tous les éléments du charlatanisme sont réunis ici. C’est pourquoi, pour l’intérêt civil, je sollicite qu’ils soient condamnés au payement de 50 millions de francs guinéens à titre de réparation », a-t-il plaidé.

Pour sa part, le procureur Ousmane Sankhon a qualifié les faits de gravissimes avant de solliciter que le tribunal retienne les prévenus dans les liens de la culpabilité. « Ces faits sont gravissimes. Je sollicite que le tribunal les déclare coupables des faits en les condamnant à 2 ans avec sursis et à un million de francs guinéens d’amende chacun. Je sollicite que vous appréciiez souverainement les réclamations de la partie civile », a requis monsieur Sankhon.

La défense quant à elle va demander la relaxe pour délit non constitué. Pour maître Mama Aissata Fofana, aucun de ses clients n’a usé de manœuvres pour nuire à l’image de madame Katty. « Ni les époux Camara, ni le marabout Aboubacar Soumah n’ont eu l’intention de nuire à madame Katty née M’Mah Soumah. S’ils avaient cette intention, le jour où l’esprit a parlé d’elle, ils pouvaient aller dire à madame Katty qu’elle est à la base de leurs maux. Donc, les éléments évoqués ici ne peuvent pas être collés aux faits de charlatanisme. C’est pourquoi la défense sollicite de les renvoyer des fins de poursuite », a plaidé l’avocate.

Finalement N’Fany Camara, sa femme Aissata Bangoura, et le marabout Aboubacar Soumah ont été reconnus coupables des faits de charlatanisme. Ils ont été condamnés à une peine d’un an assortie de sursis et au payement d’une amende de 500 mille francs guinéens chacun. Ils ont été solidairement condamnés au payement de la somme de 10 millions GNF à la partie civile pour tous préjudices confondus.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin