L’opération de déguerpissement en cours a plusieurs facettes. Aussi dramatiques les unes des autres. Au nombre desquelles il y a la problématique du chômage des jeunes. En effet, le chômage  endémique oblige les jeunes en général et les diplômés sans emploi en particulier à recours à tous les moyens pour survivre. 

Or cette couche a été particulièrement touchée par le fameux déguerpissement en cours. Il n’y a qu’à observer tout le long des routes. Les kiosques décorés Orange Moneny, Mobile Money ou vendant d’autres accessoires téléphoniques ont été littéralement démantelés. A défaut d’un emploi formel, des jeunes avaient trouvé un moyen de survivre grâce à ces kiosques. Lesquels sont désormais bannis par les autorités. En tout cas le long des grandes artères de la capitale et sa banlieue. 

Le jeune Mohamed Camara, qui évoluait en haute banlieue, plus précisément à Kagbelen, indique qu’il est désormais désespéré. Car, dit-il, depuis la fin de ses études, il vivait grâce aux transferts de crédit et autres ventes d’accessoires téléphoniques. Ce jeune, qui a désormais toute sa marchandise dans son sac, se promène d’un carrefour à un autre, d’un endroit à un autre à la recherche de clients. 

Situation identique pour Souleymane Bah. Celui-ci avoue qu’il gagnait bien sa vie grâce au revenu que lui procurait son petit kiosque. Avec ce bénéfice il ne songeait plus à chercher un emploi. Malheureusement, se lamente-t-il, l’opération de déguerpissement a aura été pour lui un véritable cauchemar. 

A l’image de ces deux jeunes, des milliers d’autres sont désormais jetés dans la rue. Car ils ne peuvent pas s’offrir le lux de louer un magasin ou une boutique le long de grandes routes. D’autant plus qu’avec la démolition des milliers de boutiques et magasins, la demande est devenue très forte. Et les propriétaires font monter les enchères. Conséquences, les petits débrouillards n’ont que les jeux pour pleurer. 

Le moins que l’on puisse dire est que celui qui avait dédié son mandat aux femmes et jeunes mis ces derniers dans une situation peu enviable. Or, accusent certains jeunes, le ministère de la Jeunesse qualifié pompeusement d’emploi jeunes ne fait rien pour cette couche. Laquelle tire le diable par la queue. Si cette opération de déguerpissement s’étend sur l’ensemble du territoire elle va véritablement assommer les jeunes. 

Habib Yembering Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin