Alhousseiny Makanéra Kaké00Après le président du Bloc Libéral, Dr Faya Millimono, Laye Junior Junior Condé du RPG RPG Arc-en-ciel, Guinematin.com a joint au téléphone l’ancien ministre de la communication devenu opposant, Alhousseiny Makanéra Kaké sur  la rencontre entre le chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé et le chef de file de l’opposition, Elhadj Cellou Dalein Diallo.

Dans sa communication, le président du Front National pour le Développement, désormais opposé à celui qui dirige la République de Guinée depuis 2010, a invité le président Alpha Condé au respect de la loi.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le décryptage des propos de monsieur Alhousseiny Makanéra Kaké :

Ma réaction est une réaction d’observation, puisque ce n’est pas la première fois que le Président de la République s’engage. Donc, j’espère que cette fois-ci, sera la bonne. Il a pris beaucoup d’engagements ; mais, l’essentiel que je trouve, c’est le fait qu’il a dit qu’il va mettre toutes les institutions en mouvement pour faire respecter les accords. Aujourd’hui, ce qu’il faut à la Guinée, c’est simplement le respect des accords qui avaient été signés. Si ces accords sont respectés à la lettre, ça peut nous épargner même un nouveau dialogue.

Ensuite, aujourd’hui, la seule carte que le Président peut jouer, qui peut être utile pour lui et pour la Guinée, c’est la carte du respect de la loi. Le respect de la loi entraîne directement l’organisation d’une manière transparente les élections. Ça donne la qualité, la sincérité, l’honnêteté, la régularité des élections. Si le Président parvient à faire cela, il organise des bonnes élections communales, législatives et il passe le pouvoir en 2020 d’une manière constitutionnelle à celui qui aura été choisi par le peuple de Guinée, il rentrera dans l’histoire. Dire maintenant qu’il faut rencontrer le Président pour former un gouvernement d’union nationale, c’est des faux problèmes.

La démocratie se construit par l’opposition et la mouvance. Si tout le monde est opposition, il n’y a pas de démocratie et si tout le monde est mouvance, il n’y a pas de démocratie aussi. Il faut qu’il y ait les deux camps ; mais, il faut que les lois soient respectées. Si on respecte la loi, on a même plus besoin de parler de réconciliation nationale.

Les gens ne se font la guerre que quand dans le groupe certains se sentent frustrés par rapport aux autres. Cette frustration entraîne la violence et cette violence peut déborder un jour si on ne prend pas garde. Ma réaction est celle d’une espérance et je pense que, pour une fois, le Président va surprendre les Guinéens, en respectant à lettre ses engagements tenus.

Propos recueillis et décryptés par Mamadou Alpha Assia baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin